Après un début de saison mené à un rythme effréné, les clubs de Ligue 1 sont actuellement au repos forcé, Coupe du monde 2022 oblige. Christophe Galtier, l'entraîneur du Paris Saint-Germain, en a notamment profité pour accorder une longue interview à nos confrères espagnols de Marca. Avec, vous allez le voir, des confessions sans langue de bois.

"Avoir cette opportunité est unique dans une vie", assure Galtier

Le 5 juillet dernier, Christophe Galtier a donc été nommé entraîneur du Paris Saint-Germain. "Quand Luis (Campos, NDLR) m'a parlé de cette possibilité, je me suis dit : 'C'est fantastique.' J'en ai discuté avec ma femme et elle ne m'a posé qu'une seule question : 'Te sens-tu assez fort pour accepter ce défi ?' J'ai répondu que je ne savais pas si j'étais assez fort pour l'accepter, mais que si je ne l'acceptais pas, je devrais prendre ma retraite. Car avoir cette opportunité d'entraîner ce grand club avec ces joueurs ne se présente qu'une seule fois dans une vie", a notamment affirmé le coach parisien.

Christophe Galtier, l'entraîneur du Paris Saint-Germain, et Neymar (Icon Sport)
L'entraîneur du PSG, Christophe Galtier, l'entraîneur du Paris Saint-Germain, et Neymar (Icon Sport)

Le technicien champion de France avec Lille en 2021 est aussi revenu sur son système à trois défenseurs centraux et sur son adaptation en cours de saison. "Mon métier est d'apporter des solutions. Nous avons les mêmes joueurs offensifs que la saison dernière. Ney, Leo, Kylian... J'ai voulu les placer d'une autre manière, toujours les trois ensemble avec un système différent. Le 3-4-3 a été le système adopté pendant ces deux mois. Puis la fatigue a frappé et j'ai cherché d'autres solutions", a ainsi expliqué Galtier.

"Il faut très vite gagner en légitimité"

L'été dernier, le nom de Zinédine Zidane est largement revenu pour prendre la suite de Pochettino au PSG. Pourtant, un peu à la surprise générale il faut bien l'avouer, c'est Christophe Galtier qui a été choisi. Dans sa quête de Ligue des champions, Paris a donc opté pour un coach peu expérimenté sur la scène européenne. Une configuration dont l'ancien Stéphanois est parfaitement conscient : "Quand on arrive au PSG et qu'on est un entraîneur français sans grand palmarès international, il faut très vite gagner en légitimité."

Un Christophe Galtier qui a tenu à détailler : "Cette légitimité repose sur deux aspects : premièrement, c'est ce que vous allez apporter sur le plan tactique, et vous ne devez pas vous tromper dans ce que vous proposez car vous avez des joueurs avec des connaissances tactiques très élevées. Le deuxième aspect est celui de la relation humaine avec le groupe. Il y a huit ou neuf joueurs de très, très haut niveau, pas seulement quatre. Je dois avoir beaucoup d'échanges individuels avec eux." Pour l'heure, force est de constater que tout se passe bien, dans l'ensemble. Même son de cloche au sortir du huitième de finale de Ligue des champions en février prochain face au grand Bayern Munich ?