Nous y sommes : la finale de la Coupe de France. Après de longues semaines d’attente pour les supporters niçois et nantais, l’échéance tant espérée est là. Les deux équipes ne sont qu’à 90 minutes d’un trophée aussi beau qu’important. Le dernier trophée de l’OGC Nice remonte à 1997, une Coupe de France justement. 25 ans plus tard, un miracle est encore possible. Du côté du FC Nantes, le club a été champion de France en 2001, depuis plus rien. Ces deux équipes peuvent agrandir cette vitrine de récompenses déjà bien garnies. Cette victoire ne vient pas sans rien : une place en Ligue Europa est à décrocher. Après une rencontre aussi intense que haletante, c’est finalement le FC Nantes qui repart avec le trophée sous le bras.

Des milliers de supporters ont fait le déplacement !
Des milliers de supporters ont fait le déplacement ! (Icon Sport)

Une finale qui peine à gagner en intensité

C’est dans une ambiance des grands soirs que le Stade de France a abrité les 80 000 spectateurs. Un stade plein à craquer bordé de jaune, de noir et de rouge. Parfaitement re-décoré par les supporters des deux clubs, le Stade de France est en effet prêt à présenter la rencontre qui va suivre. Le coup de sifflet est donné, Nice rentre parfaitement dans son match et étouffe Nantes. Le match a, cependant, du mal à monter en intensité. Les deux équipes tâtonnent et cherchent leurs marques. Petite parenthèse pour Emiliano Sala à la 9ᵉ. Un très bel hommage qui, forcément, hérisse le poil.

Pour Nantes, il faut attendre la 14’ avant de les voir inquiéter Bulka. En effet, sur une frappe de Blas, le gardien est contraint de se coucher. De là, les Canaris s’imposent dans le camp des Aiglons. Peu à peu, le match prend une réelle tournure de finale. On commence à ressentir l’enjeu qui est grand. Nantes enchaîne les corners et les actions dangereuses tandis que Nice défend bien et ne laisse pas espérer les Canaris trop longtemps.

Sortie déterminante de Marcin Bulka qui sauve son équipe d’une ouverture du score signée Ludovic Blas. Réponse immédiate de Nice. Gouiri tente une frappe contrée par un Canari. Un corner qui, malheureusement, est bien sorti. Ça pousse beaucoup des deux côtés, d’autant plus que les défenses commencent à faire des fautes qui peuvent être fatales. Ce n’est clairement pas le moment. Les Nantais commencent à s’agacer des fautes non sifflées. Kolo Muani, à la 38’, s’impose dans la surface, mais subit une faute de Bard qui aurait pu (dû ?) se siffler. Malgré beaucoup d’envie des deux côtés, les frappes terminent toutes ou presque dans les tribunes. Todibo reçoit le premier carton du match après une faute sur Kolo Muani, encore une fois. Gouiri lancé ne passe pas face à Pallois qui se veut impérial. Un pied parfaitement placé. Un retour au vestiaire à 0-0.

45 minutes pour l'histoire

L’ambiance est au rendez-vous, l’envie de Nice et de Nantes est là, mais les erreurs techniques sont encore trop présentes. Ces 45 premières minutes ont été hachées par la volonté d’en faire beaucoup trop vite. En effet, seulement un réel duel est né ce soir : Dante vs Pallois. Les deux défenseurs se veulent absolument impassibles. Un duel qui se veut quelque peu croustillant au milieu de cette finale légèrement bafouée. La finale reste encore toutefois très indécise, les deux équipes ont clairement une chance de remporter ce trophée tant convoité. 45 minutes restantes pour écrire l’histoire et soulever tout un peuple. 45 minutes avant d’atteindre une place européenne.

Nantes inscrit son nom sur la coupe, Nice manque le coche

La deuxième période démarre fort. À peine 30 secondes de jeu : pénalty pour Nantes. Ludovic Blas s’y colle, alors. Fort, précis et bien tiré : Nantes mène 1-0 dès la 47’. Nantes profite de ce gros temps fort pour tenter de faire le break. Une grosse frappe de Chirivella frôle le poteau gauche. Le stade entier, les téléspectateurs, bref tout le monde a cru voir le ballon au fond des filets. Intervention de patron de Marcus Coco à la 52’. Nantes est dans son match et ne compte pas laisser filer sa place.

Bien que Nice pousse offensivement, Nantes parvient à détourner les attaques. À l’image de cette action d’Amine Gouiri qui contrôle de la poitrine et frappe pied gauche, c’est envoyé en corner. La grosse action Nantaise qui soulève en effet les Canaris dans les tribunes. Kolo Muani élimine la défense et sert Simon qui se retrouve face au but, sans gardien, protégé par deux Niçois. Une intervention défensive déterminante pour la suite. Attention aux Aiglons qui peuvent punir les Canaris qui tergiversent trop face au but.

La fête Nantaise des les tribunes !
La fête Nantaise des les tribunes ! (Icon Sport)

La double parade de Lafont à la 70’ est sûrement l’action du match. Un coup sur Gouiri puis Delort du bout du pied. Nantes subit beaucoup depuis quelques minutes, Nice tente et est vraiment dangereux offensivement. Les changements semblent enfin faire du bien aux Aiglons. La défense Nantaise est clairement au niveau ce soir. Nice ne trouve pas la faille, Nantes gère trop bien sa rencontre pour pouvoir espérer passer et battre Lafont. Durant le dernier quart d’heure, et malgré de nombreuses offensives des Aiglons, Nantes subit, mais tient. Une équipe soudée qui ne lâchera rien pour ce trophée.

À la 88’, un choc entre Pallois et un de ses coéquipiers blesse le joueur qui sort se faire soigner, le nez ensanglanté. Une bagarre éclate ensuite avec Todibo. Le joueur a déjà pris un jaune, mais ne reçoit pas d'autre sanction. Stéphanie Frappart donne le coup de sifflet final : Nantes est champion de France.

Blas ramène la Coupe de France à Nantes

C’est terminé au Stade de France. Le FC Nantes remporte alors la 4ᵉ Coupe de France de son histoire. Un trophée important avec beaucoup de valeurs. La Coupe de France est sûrement la plus belle récompense qu’une équipe française puisse remporter. Après une première période longue à se mettre en place, le FC Nantes parvient finalement à faire le travail. La seconde période a au final été très bien gérée par Antoine Kombouaré et ses hommes. Une équipe poussée par ses supporters dans un stade où l’on pensait que seuls eux étaient présents.

La feuille du match

Victoire 1-0 du FC Nantes au Stade de France face à l'OGC Nice. Les Canaris remportent la Coupe de France.

But : Blas (47')

Cartons jaune : Todibo (42’), Boudaoui (55'), Dante (79')

Compo du FC Nantes : Lafont – Coco - Castelletto - Girotto - Pallois - Merlin – Moutoussamy - Chirivella – Blas (c)  Kolo Muani - Simon

Compo de l’OGC Nice : Bulka - Lotomba - Todibo - Dante (c) - Bard - Boudaoui - Rosario - Thuram - Gouiri - Delort - Dolberg