dans

Serie A : La fédération italienne enquête sur 62 transferts suspects

et Victor Osimhen est concerné.

La fédération italienne enquêterait sur 62 transferts suspects dont celui de Victor Osimhen à Naples (iconsport)
La fédération italienne enquêterait sur 62 transferts suspects dont celui de Victor Osimhen à Naples (iconsport)

D'après plusieurs médias transalpins, la fédération italienne de football enquêterait sur 62 transferts qui auraient eu lieu entre 2019 et 2021. Des transferts suspects qui ne respecteraient pas le fairplay financier. Plus

C’est l’information mercato du jour et elle ne concerne pas seulement un, mais plutôt 62 transferts. En effet, d’après les médias La Repubblica et la Gazzetta dello sport, la Fédération italienne de football (FIGC) aurait lancé une enquête sur des transferts suspects qui auraient eu lieux ces deux dernières années. Il s’agirait de transactions évoquées dans un rapport de la Commission de surveillance des clubs de football italien (Covisoc) et qui permettraient aux clubs de passer entre les mailles du fairplay financier.

Le transfert de Miralem Pjanic au FC Barcelone contre l'arrivée d'Arthur à la Juventus fait partie des transferts suspects rapportés à la FIGC (iconsport)
Le transfert de Miralem Pjanic au FC Barcelone contre l’arrivée d’Arthur à la Juventus fait partie des transferts suspects rapportés à la FIGC (iconsport)

Plusieurs gros transferts dans le collimateur

Parmi ces transferts, on retrouve notamment l’échange entre le FC Barcelone et la Juventus qui avait agité le mercato en 2019. Lors de cette fenêtre de transfert, Miralem Pjanic avait rejoint la Catalogne pour un montant de 60 millions d’euros. Arthur faisait quant à lui le chemin inverse pour 72 millions. Une opération qui avait permis aux deux clubs de dégager une plus-value conséquente évaluée à 50 millions d’euros.

Autre transfert dans le collimateur de la FIGC, et pas des moindres : le transfert de Victor Osimhen à Naples. Le LOSC s’était en effet séparé de son attaquant contre 70 millions d’euros. En retour cependant, le club nordiste avait recruté plusieurs joueurs du Napoli. Et c’est sur ce type de transaction que l’attention des instances se porte pour la bonne raison que la majorité de ces joueurs sont déjà repartis en Italie.

La comptabilité pour se défaire du fairplay financier

Face à la rigueur des instances et du fairplay financier, les clubs semblent donc s’être adaptés. Grâce à ce qui est plus communément appelé montage financier ou ingénierie comptable, certains clubs arrivent ainsi à dégager des plus-values sur les transferts. Le principe est d’enregistrer une rentrée d’argent directe pour la vente d’un joueur tout en étalant l’indemnité sur la durée de son contrat.

Gabriele Gravina, le président de la FIGC devrait prochainement se pencher sur ces transferts (iconsport)
Gabriele Gravina, le président de la FIGC devrait prochainement se pencher sur ces transferts (iconsport)

Une technique légale et qui permet aux en manque de liquidités de s’en tirer lors des mercatos. Néanmoins, ces transactions commencent à attirer l’attention. C’est pour cette raison que le président de la FIGC, Gabriele Gravina, a été prévenu afin d’analyser la légalité de ces 62 transferts.

Équipe(s) liée(s) à cet article : Juventus Football Club (Juventus), SSC Napoli
Personne(s) lié(s) à cet article : Miralem Pjanić, Victor Osimhen
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires