dans

Sir Alex Ferguson raconte son hémorragie cérébrale : « ça me terrifiait de perdre ma mémoire »

C’est en écrivant des noms d’oiseaux et de poissons qu’il l’a retrouvée…

Sir Alex Ferguson a craint de perdre la voix et la mémoire après son accident cérébral de 2018. Icon Sport
Sir Alex Ferguson a craint de perdre la voix et la mémoire après son accident cérébral de 2018. Icon Sport

Trois ans après son hémorragie cérébrale qui a failli lui coûter la vie, Sir Alex Ferguson est revenu sur cet accident lors d'une interview au Guardian. Le mythique entraîneur de Manchester United, qui a perdu la voix pendant dix jours, craignait une chose par dessus-tout : perdre la mémoire. Plus

Le 10 mai 2018, il y a trois ans presque jour pour jour, Sir Alex Ferguson était frappé de plein fouet par une hémorragie cérébrale. Un accident où il a frôlé la mort. Alors qu’un documentaire réalisé par son fils sera bientôt disponible sur les plateformes de VOD, dans lequel le mythique entraîneur de Manchester United (79 ans) revient notamment sur cet épisode, il s’est livré en détail sur cet accident au Guardian.

Le jour de l’accident

C’est son fils Jason, l’auteur du documentaire Sir Alex Ferguson : Never Give in, qui raconte la scène, quand il apprend que son père a été victime d’une hémorragie cérébrale en 2018 :

« A 6h30, je reçois un appel de ma mère. Elle me dit : ‘papa a eu un accident’. J’appelle les secours. On me demande si le patient respire. Je réponds ‘oui’. ‘Mais il n’est pas dans un bon état’. »

Jason Ferguson, le fils de Sir Alex Ferguson, au Guardian

Interrogé sur le nom du patient, Jason Ferguson hésite. « Alexander Ferguson », finit-il par répondre, lui qui n’a jamais appelé son père par son prénom entier. Une tentative de ne pas dévoiler son identité, pour le protéger.

Sir Alex Ferguson / Icon Sport
Sir Alex Ferguson / Icon Sport

Ses chances de survie n’étaient que de 20%

Sir Alex Ferguson est transporté à l’hôpital et pris en charge. Mais les médecins ne sont pas optimistes.

« Il y avait des machines et des câbles partout. Ils le préparaient à l’opération. Deux neurochirurgiens m’ont emmené dans une autre pièce et m’ont dit : ‘Ecoutez, il a 76 ans et il a eu une grosse hémorragie dans le cerveau. Préparez-vous simplement au pire‘. »

Jason Ferguson au Guardian
Sir Alex Ferguson. Icon Sport
Sir Alex Ferguson. Icon Sport

« Se souvenir, se souvenir, se souvenir »

Sir Alex Ferguson n’a alors que 20% de chances de survivre. Mais il survit. Comme le battant qu’il était et qu’il est toujours. Ses premiers mots ? « J’espère qu’il n’y a rien de grave avec ma mémoire. Il y a intérêt à ce qu’il n’y ait rien de grave avec ma mémoire. » Il finit par gribouiller en boucle le même mot : « se souvenir, se souvenir, se souvenir. »

Sir Alex Ferguson en 2011 / Icon Sport
Sir Alex Ferguson en 2011 / Icon Sport

Mais la réalité est moins rose. L’opération a laissé des séquelles au légendaire entraîneur. Sir Alex perd d’abord sa voix. Pendant 10 jours, il ne peut pas parler et craint de perdre la mémoire.

« C’était la partie la plus terrifiante. Je savais que j’étais en vie mais, tout seul, j’ai commencé à penser : ‘Je me demande s’ils me disent la vérité…’ L’opération a été un succès, mais vous êtes dans cette solitude. Ça pouvait être effrayant. Lorsque j’ai perdu ma voix, j’ai pensé : ‘Ils ne m’ont jamais dit que cela pouvait arriver‘. »

Sir Alex Ferguson au Guardian

Alex Ferguson retrouve la voix…

Mais l’ancien entraîneur d’Aberdeen va de nouveau connaître le bonheur de parler, grâce à sa persévérance.

« Mon orthophoniste a été phénoménale. Elle est venue tous les jours, et m’a fait écrire tous les noms des membres de ma famille et de mes anciens joueurs. Puis elle a commencé par les animaux, les poissons et les oiseaux. Elle m’a aussi fait écrire des lettres à ma famille. Et petit à petit, ma voix est revenue. Mais le plus important, c’est que ma mémoire était bonne.« 

Sir Alex Ferguson au Guardian
Sir Alex Ferguson en 2011 / Icon Sport
Sir Alex Ferguson en 2011 / Icon Sport

… et la mémoire

Perdre sa mémoire était la plus grosse crainte de Sir Alex Ferguson. « Parce qu’en tant qu’entraîneur, je dépendais de ma mémoire. Je ne comprends pas les entraîneurs, aujourd’hui, qui prennent des notes pendant les matchs. » Et si l’Ecossais a aujourd’hui retrouvé une grande partie de ses (innombrables) souvenirs, c’est aussi grâce à ce désir brûlant, cette flamme de conserver les meilleurs et les pires moments de sa vie.

Sir Alex Ferguson, champion d'Angleterre en 2013 avec Manchester United. Icon Sport
Sir Alex Ferguson, champion d’Angleterre en 2013 avec Manchester United. Icon Sport

« Le nom du joueur qui a marqué le premier but de ton mandat d’entraîneur à Manchester United ?« , lui demande son fils Jason dans le documentaire. « John Sivebæk« , répond Sir Alex du tac au tac. Et instantanément, ce sont tous les petits plaisirs, les déceptions et les sensations d’une unique journée qui affluent dans le cerveau du vénérable homme de 79 ans. Le 22 novembre 1986, son défenseur danois John Sivebæk marquait en effet l’unique but de la victoire 1-0 contre QPR en championnat. Et c’est déjà une grande victoire pour Six Alex de s’en souvenir.

Personne(s) lié(s) à cet article : Sir Alex Ferguson
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires