dans

Coupe du monde 2022 : au moins 6.500 travailleurs migrants sont morts au Qatar depuis 2011

Les chiffres de la honte

Un travailleur sur un chantier de construction d'un stade au Qatar. Photo Icon Sport

Critiqué pour les conditions de travail sur les chantiers de construction de ses infrastructures pour la Coupe du monde 2022, le Qatar n'est pas au bout de ses peines : des chiffres sortis lundi 22 février révèlent un nombre affolant de travailleurs migrants morts depuis 2011 dans le pays. Les associations pointent la responsabilité du Qatar, mais le pays se défend. Plus

Le Mondial 2022 au Qatar refait parler de lui. Et pour de mauvaises raisons. Après l’interdiction de la consommation d’alcool dans les stades (en dehors des loges), les organisateurs de l’événement se retrouvent sous le feu des critiques. En cause : la mort d’au moins 6.500 travailleurs migrants dans le pays depuis 2011. Une date qui correspond à l’attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar un mois plus tôt.

Des chiffres qui jettent l’opprobre sur le Qatar

Il convient de préciser que ces chiffres ne distinguent pas la cause de la mort ni le lieu du décès. Parmi les 6.500 travailleurs migrants qui ont perdu la vie, certains pouvaient donc travailler sur d’autres chantiers, sans être liés à la Coupe du monde 2022. D’autres ont également pu intervenir en dehors du cadre du travail. Néanmoins, le responsable d’une association de défense des droits du travail dans le Golfe l’affirme : la majorité des décès ont probablement eu lieu sur les chantiers de construction des infrastructures du Mondial.

« Une proportion considérable de travailleurs migrants morts depuis 2011 ne se trouvaient au Qatar que pour trouver du travail suite à l’attribution du Mondial 2022. »

Nick McGeehan, directeur de l’association FairSquare Project, au journal anglais The Guardian
Des travailleurs sur le chantier de construction du stade Lusail, qui abritera la finale du Mondial 2022 au Qatar. Photo Icon Sport;

De fait, depuis l’attribution de l’événement en décembre 2010, le Qatar a lancé de vastes projets de construction d’infrastructures. Outre sept stades flambant neufs, le Qatar a construit – ou finalise la construction – d’un aéroport, de transports en commun, de routes… Sans compter son « chef d’œuvre » : une nouvelle ville entièrement artificielle, sortie du sable pour abriter la finale de l’événement.

Le stade DohaPort, une des enceintes de la Coupe du monde 2022 au Qatar. Crédits Photoshot / Icon Sport
La maquette du stade Lusail, qui abritera la finale du Mondial. Photo Icon Sport

Une réalité encore plus sombre

Et le pire, c’est que ces chiffres sous-estiment largement le nombre total de morts. En effet, les statistiques dévoilées par les ambassades d’Inde, du Sri Lanka, du Pakistan, du Bangladesh et du Népal, ne prennent en compte que les ressortissants de ces pays. Un grand nombre de travailleurs migrants au Qatar proviennent également d’autres pays, comme le Kenya et les Philippines, qui n’ont pas communiqué de chiffres. De plus, les statistiques ne comprennent pas les morts survenues dans les derniers mois de l’année 2020.

Le stade Lusail est façonné par des milliers de petites mains… au péril de leur vie. Photo Icon Sport

De nombreuses associations humanitaires dénoncent les conditions de travail et de sécurité qui règnent sur les chantiers du Qatar. Le pays ne ferait pas assez pour garantir la sécurité des travailleurs sur ses chantiers à haut risque. Les fortes chaleurs sont la cause principale des décès, devant les blessures causées par une chute et les insuffisances cardiaques.

Le Qatar et la FIFA rejettent la responsabilité des morts

Mais le porte-parole du gouvernement qatari assure qu’il s’agit d’un faux procès, et refuse de voir la gestion des sites comme la principale cause des morts.

« Le taux de mortalité au sein de ces communautés se situe dans la fourchette prévue pour la taille et la démographie de la population. Cependant, chaque perte de vie est une tragédie, et aucun effort n’est épargné pour tenter d’éviter chaque décès dans notre pays ».

Le porte-parole du gouvernement qatari, au Guardian

Quant à la FIFA, elle s’est aussi défendue comme elle pouvait, affirmant que « les mesures de santé et de sécurité [sont] très strictes » sur les sites.

« La fréquence des accidents sur les chantiers de la Coupe du monde de la FIFA a été faible par rapport à d’autres grands projets de construction dans le monde » .

Un porte-parole de la FIFA, au Guardian

Des déclarations qui ne convaincront pas les sceptiques, ni ne soulageront la peine des familles des travailleurs morts…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cristiano Ronaldo et les malheurs de son chat indestructible

Le président argentin emprunte le jet hors de prix de Lionel Messi