dans

Super League : pourquoi les clubs anglais se sont-ils désistés en premier ?

Une histoire de passion, de gouvernement… mais aussi d’argent de l’UEFA ?

Manchester City, Arsenal, Chelsea et Liverpool se sont retirés de la Super League. Icon Sport
Manchester City, Arsenal, Chelsea et Liverpool se sont retirés de la Super League. Icon Sport

Un peu plus de 48h après l'annonce de la création de la Super League, les six clubs anglais fondateurs s'étaient déjà retirés du projet. Un rétropédalage provoqué par la pression cumulée des supporters, de la Ligue anglaise, des joueurs eux-mêmes, du Premier ministre Boris Johnson ainsi que de l'UEFA, qui aurait même payé les clubs pour qu'ils se rétractent... Plus

En Angleterre, plus que partout ailleurs, l’annonce de la création de la Super League a provoqué une onde de choc dévastatrice. Berceau du football, fondé par des ouvriers, le pays a une culture footballistique traditionnellement populaire. Le coup de force des dirigeants de la Super League, au mépris de ces valeurs, a ainsi réveillé les passions du pays pour ses origines et suscité un mouvement de contestation sans précédent.

Les autres clubs déclarent la guerre aux six déserteurs

Les clubs anglais non concernés par le projet ont rapidement crié leur indignation au visage des six clubs frondeurs, considérés comme des parias. Leeds a été le premier à réagir de façon concrète. Avant le match de Premier League contre Liverpool (1-1), lundi 19 avril, les joueurs de Marcelo Bielsa ont affiché un maillot avec l’inscription « Football is for the fans » (« Le football est pour les fans »).

Les joueurs de Leeds portant un maillot avec l'inscription "Le football pour les fans" avant le match contre Liverpool. Icon Sport
Les joueurs de Leeds portant un maillot avec l’inscription « Le football pour les fans » avant le match contre Liverpool. Icon Sport

Everton a lui fracassé les six sécessionnistes dans un communiqué. « Six clubs qui agissent uniquement dans leur propre intérêt. Qui choisissent de manquer de respect à tous les autres clubs de la Premier League. Qui prennent pour acquis, voire trahissent, la majorité des supporters de football. » Wolverhampton, enfin, a tout bonnement rayé les « vendus » de la carte. Les Wolves se sont en effet proclamés champions d’Angleterre 2019, après leur septième place derrière les six « traîtres ».

Entraîneurs et joueurs des six frondeurs sonnent la révolte

Choqués par l’hostilité affichée par les autres clubs, les décideurs de Manchester City, Manchester United, Liverpool et les autres n’étaient pas au bout de leurs peines. Au sein même de leurs clubs, ils ont été confrontés à une opposition toute aussi farouche. Jürgen Klopp (Liverpool) et Pep Guardiola (Manchester City) ont été les premiers entraîneurs à manifester leur désapprobation.

Pep Guardiola. Icon Sport
Pep Guardiola. Icon Sport

Les joueurs, eux non plus, ne se sont pas fait prier. Marcus Rashford (Manchester United) et tant d’autres ont fait part de leur colère sur les réseaux sociaux. James Milner (Liverpool) a lui été le premier à prendre publiquement position, face caméra, contre la Super League. Jordan Henderson, le capitaine des Reds, est même allé plus loin. Il aurait convoqué les 19 capitaines de Premier League pour communiquer une réponse commune contre la Super League.

James Milner de Liverpool. Icon Sport
James Milner de Liverpool. Icon Sport

Le déferlement de rage des supporters

Ce sont surtout les supporters, garants de la tradition du football anglais, qui ont été les plus véhéments. Sur les réseaux sociaux, la réplique a été quasi immédiate. De nombreux groupes de fans des six clubs frondeurs ont immédiatement craché leur hostilité. Un groupe de Chelsea a notamment dénoncé une « trahison ultime« . Un autre d’Arsenal a déploré « la mort du club en tant qu’institution« .

De façon plus concrète, des supporters de Liverpool ont marqué le coup à Anfield. Devant leur stade mythique, ils ont affiché des banderoles hostiles au projet. « Honte à vous. R.I.P Liverpool. 1892-2021 » , pouvait-on lire notamment.

Les banderoles des fans de Liverpool devant Anfield. Icon Sport
Les banderoles des fans de Liverpool devant Anfield. Icon Sport

Mais ce sont probablement ceux de Chelsea qui ont réalisé la plus grande démonstration de force. Ils ont ainsi manifesté dans Londres, puis devant Stamford Bridge avant le match des Blues contre Brighton (0-0), mardi soir 21 avril. A cette occasion, la légende du club Petr Čech a été violemment pris à partie.

Petr Cech (au premier plan), la légende de Chelsea, pris à partie par des fans en colère. Icon Sport
Petr Čech (au premier plan), la légende de Chelsea, pris à partie par des fans en colère. Icon Sport

Un sponsor de Liverpool se retire

Pour ne rien ajouter, des sponsors et des diffuseurs ont asséné le coup de grâce. Le sponsor Tribus a ainsi mis fin à son partenariat avec Liverpool. Sky Sports et BT, diffuseurs du football en Angleterre, se sont aussi positionnés contre le projet. Et c’est probablement ce qui a fait le plus mal aux patrons des six parias, puisque l’impact visé portait directement sur le portefeuille.

Les menaces de la Ligue anglaise et du gouvernement font céder les 6 frondeurs

Mais ce sont probablement les menaces de la Ligue anglaise (FA) et du gouvernement britannique qui ont le plus effrayé les patrons dissidents. La puissante FA a ainsi menacé de bannir les clubs concernés de toutes les compétitions nationales.

La FA a menacé d'exclusion les clubs sécessionnistes. Icon Sport
La FA a menacé d’exclusion les clubs sécessionnistes. Icon Sport

Quant au Premier ministre Boris Johnson, il est tout de suite monté au créneau contre la Super League. « Cela toucherait au coeur de notre jeu national » , a-t-il indiqué. Il a aussi précisé que son gouvernement « ferait tout son possible » pour empêcher la Super League. Et ce n’était pas que de la communication. En effet, selon le Guardian, le gouvernement envisageait ainsi de ne plus délivrer de permis de travail pour les joueurs étrangers des clubs dissidents.

Boris Johnson, le Premier ministre britannique, veut"ramener le foot à la maison". Icon Sport
Boris Johnson, le Premier ministre britannique. Icon Sport

L’argent de l’UEFA, la réelle raison derrière le retrait ?

Enfin, un dernier argument, et pas des moindres, aurait convaincu les frondeurs de rebrousser chemin. Outre les sévères menaces d’exclusion des compétitions que l’instance a fait planer, le quotidien espagnol Mundo Deportivo révèle que l’UEFA aurait carrément proposé « une somme importante d’argent » aux six clubs anglais pour qu’ils se rétractent. Née par l’argent, morte par l’argent, la Super League ?

Le président de l'UEFA Aleksander Ceferin (à gauche) aurait proposé une somme d'argent aux clubs dissidents anglais. Icon Sport
Le président de l’UEFA Aleksander Ceferin (à gauche) aurait proposé une somme d’argent aux clubs dissidents anglais. Icon Sport
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires