dans

Focus sur Andrés Iniesta, l’illusionniste et le cerveau du Barça et de la Roja

Un talent à l’état pur !

Andrés Iniesta a confié qu'il aimerait revenir un jour au FC Barcelone, pour continuer à aider le club de sa vie. Icon Sport
Andrés Iniesta a confié qu'il aimerait revenir un jour au FC Barcelone, pour continuer à aider le club de sa vie. Icon Sport

Andrés Iniesta. Rien que le fait de prononcer ce nom alimente les souvenirs les plus enthousiasmants. Ancienne légende du FC Barcelone et de l'Equipe d'Espagne, l'éternel numéro 8 est encore en activité, à 38 ans, du côté du Japon. Il laissera, quoi qu'il arrive, une trace indélébile chez tout fan de ballon rond qui se respecte. Portrait. Plus

Une Coupe du monde, l’Euro à deux reprises, quatre Ligues des champions, neuf (!) Championnats d’Espagne. Le palmarès (non exhaustif) d’Andrés Iniesta force à lui seul le respect. Mais c’est surtout le rayonnement du milieu de terrain, et son sens du jeu inouï, qui ont fait du natif de Fuentealbilla la légende du football mondial qu’il est aujourd’hui. Son histoire, liée pour toujours au FC Barcelone, n’est d’ailleurs peut-être pas totalement terminée.

Andrés Iniesta a écrit l’histoire du Barça

Âgé d’une dizaine d’années, c’est à Albacete qu’Andrés Iniesta a fait ses premiers pas dans un club de football. En 1993, le jeune joueur est repéré par le Real Madrid. C’est finalement le grand rival des Madrilènes, le FC Barcelone, qui obtient le dernier mot. Formé du côté de la célèbre Masia, Iniesta devra attendre octobre 2002 pour être lancé dans le grand bain du monde professionnel, par un certain Louis Van Gaal. En Ligue des champions, excusez du peu.

Andrés Iniesta pense qu'il ne reverra plus un joueur comme Lionel Messi. Icon Sport
Andrés Iniesta pense qu’il ne reverra plus un joueur comme Lionel Messi. Icon Sport

Comme un symbole, cette fameuse Coupe aux grandes oreilles va faire partie intégrante de la carrière d’Andrés Iniesta. Une compétition que le milieu de terrain espagnol remportera à quatre reprises entre 2006 et 2015. Surtout, le joueur au mètre 70 va participer à la nette domination du Barça sur le football espagnol. Entre 2005 et 2018, Iniesta a soulevé la Liga espagnole à neuf reprises. Impressionnant. Sur un plan plus individuel, son plus grand regret restera probablement de ne pas avoir remporté un Ballon d’Or qu’il aurait mérité, en 2010, devancé par son coéquipier et ami, un certain Lionel Messi.

Un rayonnement mondial avec l’Espagne

Au-delà de son formidable parcours au FC Barcelone, avec 675 matches disputés (57 buts, 91 passes décisives), Andrés Iniesta a également brillé avec l’Equipe nationale d’Espagne. En compagnie de son très fidèle coéquipier Xavi, il a été l’un des artisans du triplé historique Euro – Coupe du monde – Euro, entre 2008 et 2012, avec la Roja. Déjà, en 2002, une victoire à l’Euro U19 avait laissé augurer de très belles choses. Il ne s’agissait que d’une superbe introduction à une non moins extraordinaire carrière.

En mai 2018, le public du Camp Nou a offert une magnifique sortie à son artiste, Andrés Iniesta. Un joueur parfois surnommé l’illusionniste ou le cerveau. On comprend aisément pourquoi, tant sa vision du jeu, sa qualité technique et sons sens de la passe étaient hors du commun lors de son passage en Catalogne. Depuis, Iniesta porte les couleurs du Vissel Kobe, au Japon, club avec lequel il a remporté la Coupe de l’Empereur en 2019 puis la Supercoupe l’année suivante. Et après ? Sous contrat jusqu’au 31 janvier 2024, Andrés Iniesta pourrait bien ne pas aller au-delà. Épousera-t-il une carrière d’entraîneur, comme son éternel binôme Xavi ? On ne peut que le souhaiter.

Équipe(s) liée(s) à cet article : Espagne, FC Barcelone (Barça)
Personne(s) lié(s) à cet article : Andrés Iniesta
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires