dans

Exclu – Nancy : Samuel Wiart revient sur ses années nancéiennes avant la Coupe de France

L’ASNL recevra Amiens en 8es de finale, l’occasion pour l’ancien attaquant du club Samuel Wiart de ressortir la boîte à souvenirs !

L'AS Nancy Lorraine s'est qualifiée pour les huitièmes de finale de la Coupe de France. Icon Sport
L'AS Nancy Lorraine s'est qualifiée pour les huitièmes de finale de la Coupe de France. Icon Sport

Après avoir sorti deux clubs de Ligue 1 de la Coupe de France, l'AS Nancy Lorraine, dernier de Ligue 2, recevra Amiens en huitièmes de finale de la compétition, le 28 janvier. Pour l'occasion, l'ancien attaquant de Nancy Samuel Wiart a ressorti la boîte à souvenirs. Plus

Dernier de Ligue 2, l’AS Nancy Lorraine s’offre un sacré échappatoire avec la Coupe de France. Les pensionnaires du stade Marcel-Picot, qui ont éliminé Troyes en 32es de finale de la compétition, ont refait le coup avec un autre club de Ligue 1 au tour suivant. Et il s’agissait de Rennes, quatrième au classement de l’élite ! Les joueurs du nouvel entraîneur Albert Cartier ont maintenant le regard tourné vers le huitième de finale contre Amiens (Ligue 2), le 28 janvier. Et un homme scrutera cette affiche de très près : Samuel Wiart, ancien attaquant de l’ASNL (1997-2001 et 2002-2003), qui s’est confié en exclusivité pour Foot11.com.

Samuel Wiart : « j’avais rejoint Nancy plutôt qu’Amiens pour le choix sportif »

C’est grâce à Nancy que Samuel Wiart a découvert la Ligue 1, en 1998. Mais l’histoire aurait pu être toute autre pour l’attaquant, qui avait le choix entre deux clubs lorsqu’il a quitté Charleville en 1997 : Nancy et Amiens. Les deux formations étaient alors en Division 2. Mais alors qu’Amiens a attendu 2017 pour découvrir l’élite, l’ASNL est remontée dès 1998 en terminant champion de D2. Avec Samuel Wiart, donc !

« Quand je suis parti de Charleville pour Nancy (en 1997), j’avais une proposition d’Amiens pour signer 3 ans. J’avais fait un choix sportif plus qu’un contrat à long terme. Je ne me rappelle pas d’avoir marqué contre Amiens lors de mes confrontations. »

L’ancien attaquant de 48 ans est donc bien placé pour évaluer le rapport de forces lors de la confrontation à venir entre Nancy et Amiens.

« On peut voir toujours des petits sortir des gros équipes. Faire un bon parcours en coupe et descendre finalement, ce serait malheureux. La motivation est la même pour tous les matchs. A titre personnel, j’aurais préférer jouer plusieurs années en Ligue 1 ou Ligue 2 que gagner la coupe de France. Néanmoins, Nancy peut encore passer un tour. Je pense qu’on les moyens de passer. »

« Lors de soirées avec les sponsors, il fallait faire le tour du stade pour y arriver »

Samuel Wiart est ensuite revenu sur ses années à Marcel-Picot, au tournant du millénaire. Une autre époque…

« Nancy, c’est mon club de cœur. Ce fut mes plus belles années et la découverte de la D1 à l’époque. Un club jeune avec un entourage sympathique. Aussi, on était une bande de copains. J’ai fait une carrière où j’ai gagné ma vie. Cependant, nos salaires n’étaient pas ceux d’aujourd’hui. Il y a eu des matchs avec Nancy où je n’ai pas été bon. J’ai été sifflé. Ce qui pour moi était normal. Cela ne m’empêchait pas de discuter avec les supporters. Pour moi, c’était une autre époque. Lors de soirées avec les sponsors, il fallait faire le tour du stade pour y arriver. On venait me rechercher. Pour moi, tant qu’il y avait quelqu’un qui voulait discuter, pour signer un autographe, j’étais présent. Pourquoi oublier, le petit enfant qui veut un autographe, une chaussette, un maillot ? J’ai toujours gardé des bons moments comme ceux-là. »

Photo officielle de l'ASNL saison 97-98. Samuel Wiart, au 2e rang, deuxième en partant de la droite / ASNL.net
Photo officielle de l’ASNL saison 97-98. Samuel Wiart, au 2e rang, deuxième en partant de la droite / ASNL.net

Mais les choses ont bien changé pour l’AS Nancy Lorraine, qui était encore en Ligue 1 en 2017 et qui est maintenant menacé de descente en National 1. Une situation qui attriste profondément Samuel Wiart. « Je suis très triste de la situation cette saison. Mais depuis des années, on se bat pour limiter la casse. Voir le club dernier avec du retard, c’est triste et inquiétant. »

Reynald Lemaître : « cela me rappelle mon parcours avec Caen, quand on était descendu en Ligue 2… »

Reynald Lemaître, l’ancien milieu de Nancy (2009-2012), nous a lui aussi livré ses impressions après le tirage au sort des huitièmes de finale de la Coupe de France. Et il a mis les Nancéiens en garde… contre eux-mêmes.

« Si l’AS Nancy Lorraine est capable de taper Rennes, alors on peut dire qu’Amiens c’est possible aussi. C’est l’esprit Coupe qui fait que c’est un bon tirage quand on voit les cadors et les équipes présentes. C’est plus que jouable. S’ils gardent le même état d’esprit que contre Rennes, ils ne gagneront pas tous les matchs en championnat mais ils pourront accrocher pas mal de points ou passer des tours. Aussi, cela me rappelle mon parcours avec Caen. Nous étions allés loin en coupe de la Ligue et nous étions descendus en Ligue 2. Néanmoins, la Coupe nous a servi pour le championnat. Nous avions fait de très bons match à la fin. »

Reynald Lemaître (à gauche) face à Mathieu Valbuena lors d'un Nancy-OM en 2012. Icon Sport
Reynald Lemaître (à gauche) face à Mathieu Valbuena lors d’un Nancy-OM en 2012. Icon Sport

Les joueurs de Nancy sont prévenus !

Équipe(s) liée(s) à cet article : AS Nancy Lorraine
Personne(s) lié(s) à cet article : Samuel Wiart
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires