dans

CdF (1/2) : Nantes élimine Monaco aux tirs au but et jouera Nice en finale

Nantes retrouvera Nice en finale !

C'est Nantes, poussé par son formidable public, qui a pris le meilleure sur Monaco ce mercredi en demi-finale de Coupe de France (Icon Sport)
C'est Nantes, poussé par son formidable public, qui a pris le meilleure sur Monaco ce mercredi en demi-finale de Coupe de France (Icon Sport)

Ce mercredi 2 mars 2022, Nantes a éliminé Monaco pour se qualifier pour la finale de la Coupe de France (2-2, 4 tirs au but à 2). Les Canaris affronteront l'OGC Nice le 8 mai prochain au Stade de France. Plus

Mardi soir, Nice a validé son billet pour la finale de la Coupe de France en disposant des amateurs de Versailles (2-0). Ce mercredi 2 mars 2022, le FC Nantes et l’AS Monaco se disputaient le dernier ticket menant au Stade de France. Deux formations distantes d’un petit point au classement de la Ligue 1 et donc sensiblement du même niveau. Dans un stade de la Beaujoire plein comme un œuf et en ébullition, on pouvait espérer un spectacle de qualité. 

Monaco dégaine, Nantes répond, une première période ouverte et engagée

Après une quarantaine de secondes de jeu, Kolo Muani, servi par Blas, était l’auteur d’un véritable festival. Mais le joueur passé par Boulogne-sur-Mer manquait de spontanéité dans la finition et voyait Sidibé contrer sa frappe in extremis. L’entame était clairement nantaise, les Monégasques étant semble-t-il restés dans le brouillard des fumigènes craqués par les supporters. Il ne fallait néanmoins que cinq petites minutes à Wissam Ben Yedder pour inquiéter Descamps, le portier nantais, pour la première fois. 

Maripan a ouvert le score pour l'AS Monaco ce soir à Nantes en demi-finale de Coupe de France/Icon Sport
Maripan a ouvert le score pour l’AS Monaco ce soir à Nantes en demi-finale de Coupe de France/Icon Sport

Un avertissement sans frais, à la différence du suivant. Sur un coup-franc lointain de Vanderson, Maripan deviait de la tête, dos au but, pour ouvrir le score en faveur de Monaco (0-1, 12e). Mais les Canaris ne s’en laissaient pas compter. Sur un contre rondement mené, Kolo Muani fixait et tenter de servir Simon. C’était finalement le malheureux Sidibé qui taclait le ballon dans son propre but, prenant son propre gardien Nübel à contre-pied (1-1, 21e). À la 31e minute, le club du Rocher se montrait très dangereux. La frappe de Gelson Martins obligeait Pallois à couper la trajectoire devant son gardien puis Fofana était à la réception du cuir, mais manquait le cadre de peu.

Djibril Sidibé a égalisé, bien malgré lui, en faveur de Nantes, en marquant contre son camp/Icon Sport
Djibril Sidibé a égalisé, bien malgré lui, en faveur de Nantes, en marquant contre son camp/Icon Sport

Les hommes de Philippe Clement dominaient techniquement et territorialement cette première période mais devaient se méfier des contres nantais et de la grande rapidité d’un Kolo Muani par exemple, très à son avantage ce soir. Juste avant le repos, Kolo Muani justement redressait admirablement un centre mal dosé mais Blas, seul face au but, manquait le cadre (45e+2). À la pause, le score était de parité mais tout laissait augurer une seconde période de qualité. 

Même refrain en seconde période

Au retour des vestiaires, cette demi-finale de Coupe de France restait plus ouverte que jamais. Peu avant l’heure de jeu, Wissam Ben Yedder piquait son ballon au-dessus de Descamps. La balle passait devant le but nantais mais un défenseur local parvenait à éloigner le danger. Au fil des minutes, la tension semblait gagner les 22 acteurs. À une petite trentaine de minutes du Stade de France, qui allait savoir forcer la décision ?

Moutoussamy avait redonné l'avantage au FC Nantes en seconde période, l'espace de quelques secondes seulement/Icon Sport
Moutoussamy avait redonné l’avantage au FC Nantes en seconde période, l’espace de quelques secondes seulement/Icon Sport

Nantes plus adroit aux tirs au but

À la 72e, le public de la Beaujoire reprenait vie quand Simon gagnait son duel et poussait Nübel, le gardien monégasque, à une belle parade. Dans la foulée, Philippe Clement lançait Volland et Boadu dans la bataille. L’étincelle survenait finalement des Nantais. Simon était cette fois à la passe pour Kolo Muani, contré, mais Moutoussamy, d’une reprise pleine de rage, doublait la mise pour les Canaris (2-1, 74e). Sur le coup d’envoi ou presque, le Monégasque Boadu, à peine entré en jeu, reprenait un centre venu de la droite de la tête pour égaliser (2-2, 76e). Fou !

À la 90e minute, Corchia, fraîchement entré en jeu, reprenait un centre de Simon et pensait envoyer Nantes au Stade de France. C’était sans compter sur l’arrêt de Nübel. Après un ultime corner monégasque, Monsieur Bastien sifflait la fin du temps réglementaire. Il fallait donc en passer par une séance de tirs au but. Dès la première tentative, Descamps repoussait le tir du capitaine monégasque Ben Yedder. Puis Tchouaméni voyait sa frappe passer au-dessus de la barre transversale des Canaris. Des Canaris qui, eux, ne manquaient rien et se qualifiaient pour la finale de la Coupe de France en mai prochain contre l’OGC Nice.

La feuille de match 

Nantes – Monaco : 3-2 (4-2 tab)

Les buts : Sidibé CSC (21e), Moutoussamy (74e) pour Nantes ; Maripan (11e), Boadu (76e) pour Monaco.

Nantes (5-3-2) : Descamps – Appiah (Corchia 85e), Castelletto, Girotto, Pallois, Merlin – Chirivella, Moutoussamy, Blas (cap.) – Kolo Muani, Simon.

Monaco (4-5-1) : Nübel – Sidibé, Maripan, Disasi, C.Henrique (Jakobs 86e) – Gelson Martins (Volland 73e), Tchouaméni, Fofana (Matazo 86e), Vanderson, Diop (Boadu 72e) – Ben Yedder (cap.).

Équipe(s) liée(s) à cet article : AS Monaco, FC Nantes
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires