dans

Saint-Étienne : Puel assure qu’il ne se sent pas sous « pression », mais se dit « en mission »

Le match contre Angers, ce vendredi 22 octobre, sera-t-il son dernier à la tête des Verts ?

Claude Puel ne se sent pas en danger à l'ASSE. Icon Sport
Claude Puel ne se sent pas en danger à l'ASSE. Icon Sport

Dernier de Ligue 1, Saint-Étienne est au bord du gouffre, à l'instar de son entraîneur Claude Puel dont le maintien en poste ne tient qu'à un fil. En conférence de presse avant la réception d'Angers, ce vendredi 22 octobre en Ligue 1 (21h), l'entraîneur de 60 ans a pourtant assuré qu'il ne se sentait pas en danger. Plus

Menacé d’éviction avant le derby contre l’OL, dimanche 3 octobre, Claude Puel avait sauvé sa tête grâce au match nul décroché par ses joueurs à la dernière seconde (1-1). Un sursis qui laissait espérer un nouveau départ pour l’AS Saint-Étienne. Raté : les Verts ont rechuté, et de quelle manière, à Strasbourg (1-5) lors de la dernière journée de Ligue 1. Le divorce semblait alors devenu inévitable entre Puel et l’ASSE. RMC Sport affirmait même que la direction des Verts allait annoncer le licenciement de l’entraîneur au surlendemain de cette déroute, mardi 19 octobre.

Puel « veut voir des sourires » à Saint-Étienne

Mais trois jours plus tard, Puel est toujours là. Et sa situation terriblement inconfortable ne semble pas le perturber pour un sou, comme il l’a assuré en conférence de presse avant la réception d’Angers, ce vendredi 22 octobre (21h).

« Pour moi, il n’y pas de pression. Je n’ai pas l’habitude de me mettre en avant. Je veux tout donner avec mon staff pour l’équipe. Tout est centré sur mes joueurs. Je veux voir des sourires, et la meilleure façon, c’est de gagner. Je vois de la progression dans nos entraînements, et aussi, paradoxalement, entre nos matchs. »

Claude Puel en conférence de presse
Claude Puel est serein malgré sa situation sur un fil chez les Verts. Icon Sport
Claude Puel est serein malgré sa situation sur un fil chez les Verts. Icon Sport

L’entraîneur français assure qu’il « ne fait pas cas des fake news »

Sauf qu’à la précarité de sa situation s’ajoute une hostilité toujours plus croissante des supporters. Certains d’entre eux ne prennent d’ailleurs plus de gants pour réclamer le départ de leur bouc émissaire. « On te donne 24 heures pour démissionner » , tel était le message d’une banderole déployée au centre d’entraînement de Saint-Étienne ce jeudi 21 octobre.

Néanmoins, Puel a juré ne pas être affecté par la situation, se persuadant même que les supporters des Verts « seront derrière son équipe » contre Angers.

« Il y a un environnement avec pas mal de fake news sur ma personne, mais je n’en fais pas cas. Je pense que les supporters seront derrière leur équipe, et c’est le plus important. On est à domicile et il faut imposer une pression à notre adversaire, et non pas créer une atmosphère néfaste pour notre équipe. » (…) Je ne vais pas m’étaler. Mon action, je la mène depuis deux ans. Et je suis en mission.

Claude Puel en conférence de presse
Équipe(s) liée(s) à cet article : AS Saint-Étienne (ASSE)
Personne(s) lié(s) à cet article : Claude Puel
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires