dans

PSG : De la prison requis contre Nasser al-Khelaïfi

Coup dur pour Nasser.

28 mois de prison ferme sont requis à l'encontre de Nasser al-Khelaïfi. / Icon Sport
28 mois de prison ferme sont requis à l'encontre de Nasser al-Khelaïfi. / Icon Sport

Les prochaines semaines vont être fatidiques pour Nasser al-Khelaïfi. Ce dernier risque 28 mois de prison ferme dans le cadre de l’affaire du FIFAgate, comme l’indique L’Equipe. Plus

De la prison ferme pour Nasser

Ce mardi 8 mars, le parquet suisse de Bellinzone a pris une décision, annonce L’Equipe. Ce dernier réclame une peine de prison à hauteur de 28 mois ferme à l’encontre de Nasser al-Khelaïfi dans le cadre de l’affaire du « FIFAgate ». Son complice dans l’affaire, Jérôme Valcke, est chargé, lui, de 35 mois de prison ferme. Le parquet suisse n’a pas apprécié que les deux hommes aient été relaxés en 2020. Le réquisitoire prévu a duré pas moins de 4 heures et cette fois-ci, aucun sursis partiel n’a été réclamé.

Lors de la dernière audience, la même peine avait été déclarée, mais avec un sursis partiel. Cette décision, qui n’avait pas été digérée par la procureur fédérale, Cristina Castellote, a largement été modifiée cette fois-ci. C’est simple, il n’y a pas de sursis demandé après cette audience.

Qu’est-ce que le FIFAgate ?

En 2013, Jérôme Valcke aurait demandé un « pot-de-vin » à Nasser al-Khelaïfi en échange de son soutien à la chaîne beIN Sports au moment de léguer les droits TV de la Coupe du monde 2018 puis celle de 2022… au Qatar. Rien ne permet de prouver que « la Fifa aurait pu obtenir un contrat plus avantageux » que celui proposé par Nasser. Par conséquent, le président du PSG et de beIN Sports, et Valcke sont accusés de « gestion déloyale », ce qui est passible de cinq années d’emprisonnement.

Nasser est dans la tourmente à cause de la justice. / Icon Sport
Nasser est dans la tourmente à cause de la justice. / Icon Sport

En échange de gracieux soutien à beIN, Jérôme Valcke s’est vu obtenir une luxueuse villa en Sardaigne, qui avait d’abord été achetée par une société détenue par… Nasser al-Khelaïfi. Les deux hommes étaient donc accusés d’avoir conclu un accord dans le dos de la Fifa, ce qui ne lui a évidemment pas plu.

Personne(s) lié(s) à cet article : Nasser al-Khelaïfi
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires