dans

Incidents Paris FC-OL : le PFC fait appel d’une partie des sanctions

Le président du Paris FC n’est pas totalement d’accord avec les sanctions…

Des affrontements avaient eu lieu dans les tribunes de Charléty à la mi-temps des 32es de finale entre le Paris FC et l'OL. (Icon Sport)
Des affrontements avaient eu lieu dans les tribunes de Charléty à la mi-temps des 32es de finale entre le Paris FC et l'OL. (Icon Sport)

Le 17 décembre 2021, des incidents avaient éclaté à la mi-temps du match de Coupe de France opposant le Paris FC à l’Olympique Lyonnais. Le club francilien, sanctionné en même temps que les Gones à la fin du mois de décembre, a décidé de faire appel d’une partie des sanctions. Plus

Pierre Ferracci a défendu le Paris FC en conférence de presse

Ce mercredi 5 janvier, le président du Paris FC a annoncé que son club allait faire appel d’une partie des sanctions que la FFF a prononcées. Selon le communiqué de presse du PFC, Pierre Ferracci n’a pas totalement digéré ni accepté la totalité des sanctions qui ont été données lundi 27 décembre 2021 suite aux incidents en tribunes lors du 32e de finale de Coupe de France contre l’OL.

La commission de discipline de la FFF avait sanctionné les deux équipes seulement 10 jours après la rencontre. En plus d’une défaite accordée aux deux clubs, le PFC avait été sanctionné d’une amende de 10.000 euros. Mais aussi d’une obligation de jouer ses cinq prochains matchs dans un autre stade que celui de Charléty. C’est dans les tribunes de ce dernier qu’ont eu lieu les affrontements.

Le club n’accepte pas de quitter son stade

C’est bien la sanction d’avoir à quitter son stade pour les 5 prochaines rencontres que le PFC n’accepte pas. C’est donc pour contrer cette sanction que Pierre Ferracci a annoncé vouloir faire appel en conférence de presse.

Des ultras parisiens à l'origine des débordements de Paris FC-OL ? (Icon Sport)
Des ultras parisiens à l’origine des débordements de Paris FC-OL ? (Icon Sport)

Cette sanction constitue un handicap pour le PFC, troisième de Ligue 2 et candidat à la montée. Le préjudice serait non seulement sportif, mais aussi économique. De plus, le club estime qu’il n’est pas du tout à l’origine des affrontements entre ultras du PSG et de l’OL qui ont lieu dans les tribunes de Charléty.

Équipe(s) liée(s) à cet article :
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires