dans

LFP : pour Labrune, la France évolue en « D2 européenne »

Les mots sont durs, mais justifiés.

Vincent Labrune, le président de la LFP, n'a pas été tendre avec la L1. (Icon Sport)
Vincent Labrune, le président de la LFP, n'a pas été tendre avec la L1. (Icon Sport)

Dans le cadre du festival "Demain le sport", Vincent Labrune, le président de la Ligue de football professionnel, a dressé l'état de santé de la Ligue 1, qu'il juge préoccupant. Plus

Le constat cinglant de Labrune

Invité en tant qu’intervenant pour « Demain le sport », le festival organisé par France Info, France Télévisions et L’Équipe, Vincent Labrune n’a pas eu peur de plomber l’ambiance. À la tête de la Ligue de football professionnelle (LFP) depuis septembre 2020, l’ancien président de l’Olympique de Marseille a eu des mots durs à l’encontre des clubs français. « La France évolue désormais en deuxième division européenne, il ne faut pas avoir peur de le dire. »

Pour étayer les propos du dirigeant, il ne faut pas chercher bien loin. La semaine dernière par exemple, les résultats des représentants français dans les différentes coupes d’Europe n’ont pas été glorieux. Sur six équipes engagées, une seule a su glaner les trois points. En-dehors du Paris Saint-Germain, le bilan est famélique, avec deux nuls et trois défaites. La cinquième place de la Ligue 1 à l’indice UEFA est menacée, et Labrune rappelle à quel point elle est importante pour les finances du championnat de France. « Cette saison est essentielle car elle précède notre futur appel d’offres à l’automne 2023. Il est vital que la Ligue 1 conserve cette cinquième place à l’indice UEFA. » Avec un indice déclinant, la L1 serait forcément moins attractive pour ceux qui songeraient à en acquérir les droits.

Des objectifs élevés à atteindre

Malgré une situation qui peut paraître inquiétante, Labrune conserve une grande ambition pour le football français. Il insiste : la Ligue 1 doit gagner en revenus internationaux. Ainsi, elle sera capable d’attirer plus de talents, mais aussi de conserver plus longtemps ceux déjà là. Pour l’homme d’affaires, le championnat de France doit gravir les échelons. « il devra d’ici cinq ans être non pas Top 4, mais sur le podium européen, aussi bien en termes de résultats sportifs que de revenus. »

Vincent Labrune en 2016, alors président de l'OM. (Icon Sport)
Vincent Labrune en 2016, alors président de l’OM. (Icon Sport)

Enfin, en dépit de son passif marseillais, le président de la LFP a aussi souligné l’importance du PSG. « Il faut que l’on soit clair. La présence du Qatar au PSG est une chance incroyable pour la ligue 1. C’est un atout essentiel pour notre visibilité et notre développement futur que l’on ne peut pas banaliser » a-t-il ainsi indiqué. Par ailleurs, il en a profité pour se réjouir du fait que Kylian Mbappé soit resté dans l’hexagone.

Personne(s) lié(s) à cet article : Vincent Labrune
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires