C'est une drôle de sanction qu'a reçue Gianluigi Buffon, le gardien de la Juventus, ce jeudi 18 février. La légende du foot italien a été condamnée à 5.000 euros d'amende pour "blasphème". Mais qu'a donc dit le recordman du nombre de matchs de Serie A (653) pour porter atteinte au divin ?

Gianluigi Buffon
Gianluigi Buffon a du souci à se faire... Photo Icon Sport

Une sanction courante en Italie

Le 19 décembre 2020, lors d'un match de championnat de la Juventus à Parme (4-0), Buffon passe un savon à son coéquipier Manolo Portanova, qu'il accuse de ne pas fournir assez d'efforts. Dans sa remontrance enflammée, l'intransigeant sage de 42 ans lâche un « Dio cane » (« Bon Dieu » en italien). S'il s'agit d'une expression courante, elle n'a rien à faire sur un terrain de football, comme l'estime le code de la justice sportive italienne. Celui-ci bannit en effet tous propos considérés comme un manque de respect à Dieu et au sacré.

Buffon ne peut pas dire qu'il ne savait pas. De une, parce qu'il avait lui-même déjà été condamné pour une expression blasphématoire, après avoir prononcé le mot «Dieu ». De deux, parce que les exemples ne manquent pas dans le passé, où de très nombreux joueurs et entraîneurs ont été réprimandés pour des paroles semblables. Parmi les plus connus : Marcello Lippi, toujours du côté de la Juventus, où l'ancien sélectionneur de l'Italie fut entraîneur de 1994 à 1999 et de 2001 à 2004. Mais aussi, plus récemment : le jeune taulier de l'AC Milan Gianluigi Donnarumma, ainsi que Samir Handanovič, un autre gardien (décidément !), de l'Inter cette fois, ou encore Lorenzo Insigne avec l'équipe d'Italie, carrément.

Gianluigi Buffon
Gianluigi Buffon a coutume de haranguer ses coéquipiers. Photo Icon Sport.

Attention, cette saison, les stades ont des oreilles !

Et ce genre d'événement, loin d'être en recul, augmente même cette saison ! La raison ? Les matchs à huis clos, où la moindre parole est davantage audible à cause de l'absence de public dans les stades. Déjà cette semaine, l'ailier de la Lazio Manuel Lazzari avait été suspendu un match pour des propos « blasphématoires ». Une sanction à laquelle avait aussi goûté Bryan Cristante, le milieu de l'AS Rome en décembre. Les joueurs de Serie A vont devoir apprendre à bien surveiller leur langage.

Gianluigi Buffon
Gianluigi Buffon va devoir modérer son langage s'il veut éviter d'être sanctionné une nouvelle fois. Photo Icon Sport