dans

Algérie : Belmadi reste à la tête des Fennecs malgré une nouvelle débâcle

Une bonne décision pour les Fennecs ?

Djamel Belmadi va finalement rester à la tête de l'Algérie. (Icon Sport)
Djamel Belmadi va finalement rester à la tête de l'Algérie. (Icon Sport)

Malgré la grosse déception face au Cameroun, Djamel Belmadi devrait rester à la tête de l’Algérie. Le vainqueur de la CAN 2019 garde la confiance de sa fédération. Plus

Avec Belmadi, des hauts et des bas

En moins de quatre ans, Djamel Belmadi a déjà tout connu avec l’Algérie. D’abord, les Fennecs ont remporté la deuxième Coupe d’Afrique des Nations de leur histoire en 2019. Contre toute attente, mais tout sauf immérité. En Égypte, les Algériens étaient probablement la meilleure équipe d’un tournoi qu’ils ont remporté avec une victoire en finale contre le Sénégal (1-0). Surtout, cette compétition était au cœur d’une série historique de 35 matchs sans défaite, un record en Afrique et pas loin du record mondial de l’Italie (37 matchs). Une progression spectaculaire à laquelle Belmadi n’était pas étranger.

Trois ans après le triomphe en Égypte, c’est le fiasco. À la CAN 2021 (en réalité en 2022), l’Algérie subit la malédiction du tenant du titre et sort dès la phase de groupe en ne prenant qu’un petit point contre la Sierra Leone, la Guinée équatoriale et la Côte d’Ivoire. Les Fennecs avaient l’occasion de se rattraper lors des barrages de qualification pour la Coupe du monde face au Cameroun. Mais encore une fois, patatras.

Malgré leur victoire au match aller sur un but de Slimani, les Fennecs de Belmadi ont été piégés par les Lions Indomptables, au terme d’un scénario très cruel marqué par des décisions arbitrales contestables (0-1, 1-2 après prolongation). L’Algérie n’ira pas au Qatar. La déception est telle que l’avenir du sélectionneur a été remis en question.

L’Algérie veut se stabiliser 

Contrairement à certaines récentes informations, Djamel Belmadi va conserver son poste. C’est ce qu’a annoncé la Fédération algérienne de football via un communiqué. Les Fennecs procèdent toutefois à une grosse restructuration. Charaf Eddine Amara, le président de la fédération démissionne, comme l’intégralité du bureau fédéral. Avant son départ, ce dernier a eu le temps de déposer un recours pour faire rejouer le match face au Cameroun en raison des litiges arbitraux. Cette requête n’a quasiment aucune chance d’aboutir. Pour l’Algérie et pour Belmadi, il faut désormais aller de l’avant en apprenant des erreurs qui ont mené aux deux dernières désillusions.

Avec Belmadi, l'Algérie avait remporté la CAN 2019. (Icon Sport)
Avec Belmadi, l’Algérie avait remporté la CAN 2019. (Icon Sport)

Le maintien de Djamel Belmadi au poste de sélectionneur semble aller dans le bon sens. D’abord, parce que cette équipe a besoin de stabilité. Le natif de Champigny-sur-Marne est déjà le septième entraineur de l’Algérie depuis le départ de Vahid Halilhodžić en 2014. De plus, malgré les récentes contre-performances, travail de Djamel Belmadi est encore très respecté par les observateurs. Les Fennecs ont désormais un peu plus d’un an pour se préparer à leur prochain objectif : la Coupe d’Afrique des Nations 2023, qui aura lieu en Côte d’Ivoire. Sans la pression du champion en titre, l’Algérie de Belmadi sera revancharde.

Équipe(s) liée(s) à cet article : Algérie
Personne(s) lié(s) à cet article : Djamel Belmadi
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires