dans

LdC : le PSG aime jouer avec le feu… et pourrait une nouvelle fois se brûler

Une fin de match tendue pour Paris.

Le PSG a longtemps dominé contre la Juve, avant de souffrir. (Icon Sport)
Le PSG a longtemps dominé contre la Juve, avant de souffrir. (Icon Sport)

Ce mardi soir, le PSG faisait son entrée en lice en Ligue des champions contre la Juventus Turin. Les hommes de Christophe Galtier se sont imposés après avoir dominé une grande partie de la rencontre, mais ont aussi montré une certaine fébrilité. Plus

Comme un air de déjà vu pour le PSG

Le Paris Saint-Germain a pris trois points précieux dans la course à la première place du groupe H de Ligue des champions, face à ce qui pourrait être son principal rival, la Juventus Turin. Une victoire deux buts grâce à un doublé somptueux de Kylian Mbappé en première période. Pourtant, le PSG a encore souffert et aurait pu se faire surprendre en fin de rencontre, notamment sur une percée de Manuel Locatelli. Un premier avertissement pour Christophe Galtier, mais qui rappelle certains travers aperçus lors des dernières saisons parisiennes.

Kylian Mbappé, double buteur face à la Juve avec le PSG. (Icon Sport)
Kylian Mbappé, double buteur face à la Juve avec le PSG. (Icon Sport)

Supérieur en tout point à son adversaire, le PSG a pourtant donné le bâton pour se faire battre, et n’est pas passé loin de la correctionnelle. Comme contre le Real Madrid, l’an dernier, alors que tout se passait parfaitement bien et que les Parisiens maîtrisaient leur sujet. Une erreur individuelle, celle de Gigio Donnarumma, avait causé la perte de l’équipe de Mauricio Pochettino. Face à la Juve, cette fois-ci, ce sont deux erreurs qui ont remis les Italiens dans le match. Celle de Kylian Mbappé, qui doit servir Neymar pour ce qui aurait été le 3-0. Puis celle du gardien italien, coupable d’une mauvaise sortie, occasionnant la réduction du score des Juventini.

Toujours pas des experts en gestion

Le but de Weston McKennie au retour des vestiaires a bien évidemment relancé les hommes de Massimiliano Allegri, qui semblaient pourtant jusque-là sans solution. Et sans se montrer réellement dangereux, les Bianconeri se sont procurés plusieurs situations qui auraient pu mettre en difficulté la défense parisienne. Il faut dire que c’était le premier grand rendez-vous du PSG nouvelle version. Tenu en échec par Monaco, Paris savait qu’il fallait faire encore plus pour déséquilibrer la défense italienne. Et sur deux éclairs de génie et deux actions de grande classe, les Parisiens sont parvenus à faire la différence, sans pour autant tuer la rencontre.

Leandro Paredes face à Neymar, son ancien coéquipier du PSG (iconsport)
Leandro Paredes face à Neymar, son ancien coéquipier du PSG (iconsport)

Au fil des minutes, la Juve a emmené le PSG dans un faux rythme, jusqu’à la réduction du score de McKennie, qui a redonné des ailes aux Bianconeri. Les joueurs du PSG ont alors reculé, alors que la MNM peinait de plus en plus à faire les efforts défensifs. La fin de rencontre a ensuite été décousue, ce qui ne convenait pas vraiment aux Parisiens. Un manque de contrôle et de gestion qui devrait donner des idées d’axes de travail à Christophe Galtier dans les prochaines semaines. Car si cette fois-ci, la victoire est au bout, cela ne sera pas toujours le cas.

Équipe(s) liée(s) à cet article : Paris Saint-Germain (PSG)
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires