dans

EdF : la stat qui peut donner raison à Didier Deschamps

Le sélectionneur est à l’aise sur une certaine période.

Didier Deschamps, le sélectionneur de l'équipe de France. (Icon Sport)
Didier Deschamps, le sélectionneur de l'équipe de France. (Icon Sport)

Le dernier rassemblement fut bien compliqué pour Deschamps et ses hommes. À l'aube d'une nouvelle trêve internationale, faut-il craindre de nouvelles déconvenues ? Plus

En juin dernier, les sorties de l’équipe de France ont pu inquiéter. En 4 matchs de Ligue des nations, les Bleus n’avaient pris que 2 points. Une chose est déjà certaine, ils ne conserveront pas leur titre dans la compétition. En revanche, il va falloir batailler pour éviter la relégation en ligue B. Nouvelle déroute ou heureux rebond en vue ? L’historique de Didier Deschamps livre un motif d’espoir.

Deschamps n’a jamais perdu en septembre avec les Bleus

Certaines personnes apprécient la rentrée plus que d’autres. C’est le cas de Didier Deschamps. En poste depuis plus de 10 ans, le sélectionneur n’a jamais connu la défaite lors des rassemblements internationaux de septembre. En 20 matchs, le Bayonnais dresse un bilan de 13 victoires et 7 nuls. Parmi ces rencontres, il y a bien évidemment des résultats attendus, comme par exemple les succès face à la Biélorussie, l’Albanie ou la Finlande. Des victoires prestigieuses sont cependant aussi à souligner.

Contre la Finlande le 7 septembre 2021, Antoine Griezmann avait célébré un doublé. (Icon Sport)
Contre la Finlande le 7 septembre 2021, Antoine Griezmann avait célébré un doublé. (Icon Sport)

En 2014, la France avait battu l’Espagne, championne d’Europe en titre, sur le score de 1-0, grâce à Loïc Rémy. L’année suivante, elle faisait tomber le Portugal grâce un à magnifique coup franc de Mathieu Valbuena. Pour le premier match qui suivait la défaite en finale de L’Euro 2016, c’était l’Italie, chez elle à Bari, qui subissait la loi de joueurs revanchards (1-3). En 2018 après le Mondial, les Bleus résistaient à l’Allemagne à Munich (0-0), trois jours avant de battre les Pays-Bas au Stade de France (2-1). Kylian Mbappé et Olivier Giroud étaient les buteurs. De tous les matchs nuls, celui qui fait le plus tâche est sans doute celui concédé face au Luxembourg, à Toulouse en 2017. Ce jour-là, personne n’avait trouvé la faille.

La particularité de ces matchs qui arrivent face à l’Autriche jeudi au stade de France, puis contre le Danemark dimanche à Copenhague, c’est qu’ils se déroulent plus tard que d’habitude. En général, ces rencontres de septembre surviennent plus tôt dans le mois. Coupe du Monde oblige en novembre, le calendrier est chamboulé. Ce n’est pas forcément une mauvaise nouvelle pour l’équipe de France. En effet, si Deschamps préserve ses bons résultats à cette période de l’année, les Bleus pourront arriver plein de confiance pour le Mondial au Qatar. La rencontre face aux Danois est la dernière répétition prévue avant l’entrée en Coupe du Monde contre L’Australie.

Cascade de blessés

De grosses incertitudes demeurent tout de même pour cette trêve internationale. Le groupe convoqué par Deschamps pour ces derniers matchs de Ligue des nations, est-il proche de celui qui ira au Qatar ? Si cette question se pose, c’est parce que les absents sont particulièrement nombreux pour le sélectionneur en ce moment. Le capitaine Lloris est sur le flanc, tout comme les frères Hernandez et Kimpembe derrière. Au milieu, Kanté, Pogba et Rabiot manquent aussi à l’appel. Pour l’animation offensive, il faudra faire sans Benzema ou encore Coman.

Équipe(s) liée(s) à cet article : Équipe de France
Personne(s) lié(s) à cet article : Didier Deschamps
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires