dans

Romelu Lukaku encore victime d’un dérapage raciste en Italie

« Le Noir de l’Inter »

Romelu Lukaku. Icon Sport
Romelu Lukaku. Icon Sport

Romelu Lukaku a encore été la cible de commentaires teintés de racisme, lundi 19 avril. Sur Sky Sports, un journaliste italien a tout simplement refusé de prononcer son nom, en ne le désignant que par sa couleur de peau. Plus

C’est une affaire qui a été éclipsée par la Super League le week-end dernier. Mais elle n’en est pas moins choquante pour autant. Lundi soir 19 avril, à l’antenne de Sky Sports Italia, le journaliste Stefano de Grandis s’est rendu coupable d’un dérapage raciste envers Romelu Lukaku, l’attaquant de l’Inter.

Un dérapage en direct à la télévision

Alors qu’en France, Patrick Vieira et Noël le Graët s’écharpent sur la question du racisme, l’Italie est à nouveau confrontée aux faits. Et c’est encore Romelu Lukaku qui en a été la victime.

Lukaku / LaPresse / Icon Sport
Romelu Lukaku a déjà été ciblé par des commentaires racistes en Italie. Photo Icon Sport

La séquence s’est déroulée lundi 19 avril, à l’antenne de la chaîne Sky Sports Italia. Le journaliste Stefano De Grandis, invité à commenter une infographie sur laquelle apparaissait Romelu Lukaku, a tout fait pour ne pas prononcer le nom de l’attaquant belge. Au lieu de ça, De Gandis a mentionné « le Noir de l’Inter » ou « le monsieur bronzé à côté de vous« . Des propos teintés de racisme qui ont provoqué de vives réactions de la part de nombreux internautes.

Le problème est que la chaîne Sky Sports Italia n’a même pas réagi à l’heure actuelle. Pas de déclaration officielle, ni de menaces de sanction au programme. De Grandis, néanmoins, s’est quant à lui prononcé sur la polémique. Il a présenté ses excuses sur son compte Instagram, soulignant avoir utilisé une « expression inacceptable« . Il s’est aussi défendu d’être raciste, soulignant « détester » cela. « Les mots sont importants« , a-t-il reconnu. De son côté, Romelu Lukaku n’a pas réagi publiquement.

Le football face au défi du racisme

La Serie A est tristement célèbre ces dernières années pour ses dérapages racistes, notamment de la part de certains tifosi en provenance des tribunes. Un de ces groupes de supporters s’était défendu en invoquant le « folklore« , alors que des joueurs d’origine africaine ont été plusieurs fois la cible de lancers de banane ou de cris de singe lors de la dernière décennie.

Sulley Muntari victime de racisme en provenance de certains supporters lors du match de Serie A entre Cagliari et Pescara en 2017 / Icon Sport
Sulley Muntari victime de racisme en provenance de certains supporters lors du match de Serie A entre Cagliari et Pescara en 2017 / Icon Sport

Pour Lukaku, ce n’est malheureusement pas une triste première. L’attaquant de l’Inter avait déjà été la cible d’un commentaire raciste de la part d’un journaliste, Luciano Passirani. Cet ex-consultant de la chaîne sportive Top Calcio 24 avait ainsi estimé que le seul moyen de stopper l’attaquant était « de lui donner 10 bananes à manger« . Blaise Matuidi, lors de son passage à la Juventus, avait aussi été victime de comportements racistes, tout comme Moïse Kean, désormais au PSG.

Les instances du football italien ont annoncé plusieurs mesures ces dernières années pour freiner le phénomène, comme la suspension d’un match de façon temporaire ou encore des rencontres disputées à huis clos. L’installation de micros dans les tribunes a aussi été évoquée.

Lukaku racisme / Icon Sport
Les affaires médiatisées se sont multipliées ces derniers mois. (Photo by Pierre Costabadie/Icon Sport)

L’incident visant Romelu Lukaku fait aussi écho à d’autres cas de racisme en France, comme le harcèlement du Nantais Imran Louza sur les réseaux sociaux, ou en Espagne, où un joueur de Cadiz aurait insulté le Français Mouctar Diakhaby (Valence) de « Noir de merde« . Les instances européennes et les médias vont devoir se montrer plus fermes…

Personne(s) lié(s) à cet article : Romelu Lukaku