dans

OM, Alvaro Gonzalez : « Je suis né pour jouer à l’OM »

Il revient aussi sur le parcours en LDC.

Alvaro GONZALEZ revient sur la saison marseillaise (iconsport)
Alvaro GONZALEZ revient sur la saison marseillaise (iconsport)

À l’approche de la fin de saison, le Marseillais Alvaro Gonzalez s’est exprimé sur l’actualité de son club en commençant par les prestations de son équipe, son adaptation et le parcours en Ligue des Champions. Plus

Avaro Gonzalez se sent déjà Marseillais

Deux ans maintenant après son arrivée sous les couleurs de l’Olympique de Marseille, Alvaro Gonzalez se sent déjà comme un Marseillais. Dans la cité phocéenne, le défenseur se déclare bien et dit avoir même, pour le journal L’Equipe, l’impression d’être né ici.

« Je suis un peu loco, moi aussi. Parfois, je me dis que je suis né pour jouer à l’OM. Je sais qu’il me manque encore des choses pour devenir un top joueur mais dans une équipe, il faut avoir des joueurs qui montrent l’exemple, qui se battent, et je peux donner beaucoup encore. »

Cette saison, l’OM a mélangé le bon et le moins bon. Un bon début d’exercice avec des matches convaincants puis une baisse de régime et quelques passages à vide. Des périodes compliquées qui, selon l’Espagnol, on eût des impacts importants dans leur bilan.

« On a bien commencé, on a gagné à Paris, ce qui ne nous était pas arrivé depuis des années. On ne jouait pas mal, on avait ces deux matches en retard qui nous permettaient d’être virtuellement premiers. Puis on a commencé à perdre des points, à jouer moins bien, à nous montrer nerveux. Cela s’est vite compliqué. On ne peut pas finir 18 points derrière le podium. »

L'Argentin se sent comme à la maison à l'OM (iconsport)
L’Argentin se sent comme à la maison à l’OM (iconsport)

L’excuse du manque de public en LDC pour Alvaro

Si en Ligue 1 l’OM a su retrouver un certain niveau lui permettant de viser l’Europe, en Ligue des Champions le parcours a été tout simplement catastrophique avec une seule victoire et cinq défaites. Des résultats loin d’être à la hauteur du club qui s’expliquent, selon Alvaro, par le manque de public dans les stades.

« L’an dernier, on a passé des moments très beaux, les meilleurs de ma carrière. Je me qualifie pour la Ligue des champions pour la première fois, c’est incroyable. Et là, tu te retrouves à jouer cette compétition dans un Vélodrome vide, sans supporters, c’est très difficile. Je me souviens mieux du premier match amical que j’ai joué ici contre Naples en plein été (0-1, en août 2019) que des matches de Ligue des champions. André avait une super relation avec l’équipe. Mais on ne trouvait plus la motivation. Ce n’est pas une excuse, parce que nous sommes des professionnels. Mais quand tu as joué dix ans devant des stades pleins et que tu te retrouves dans un stade vide… André n’avait perdu la confiance de personne mais il n’est pas parvenu à retrouver la bonne mentalité dans le groupe. Mais c’est un mec exceptionnel, pour moi la meilleure personne que j’ai connue dans ce milieu. »

Une excuse qui n’est certainement pas crédible puisque l’OM, il y a peu et avec du public, a déjà été en grosse difficulté lors de la Champions League avec notamment zéro point en phase de poules. Dans tous les cas, les Marseillais devront montrer un autre visage la saison prochaine pour essayer de viser les étoiles.

Équipe(s) liée(s) à cet article :
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires