dans

Javier Tebas répond sèchement à Nasser al-Khelaïfi

La bataille reprend !

La guerre entre Nasser al-Khelaïfi et Javier Tebas fait rage (Icon Sport)
La guerre entre Nasser al-Khelaïfi et Javier Tebas fait rage (Icon Sport)

Alors que Nasser al-Khelaïfi a de nouveau fait parler de lui après ses propos - subtiles mais remarqués - contre le FC Barcelone, Javier Tebas n'a pas attendu pour lâcher une réponse sèche. Plus

Cela ne vous a peut-être pas échappé, mais les relations entre le FC Barcelone et Nasser al-Khelaïfi ne sont pas au beau fixe. En cause, une remontada historique et un transfert de Neymar réalisé par la clause libératoire sautée, notamment. Alors que le président du Paris Saint-Germain exerce aussi cette fonction à l’association européenne des clubs (ECA), ce dernier ne se prive jamais d’envoyer des piques aux clubs espagnols quand il le peut. Et cela a de quoi agacer le président de la Liga, Javier Tebas.

Nasser commence, Tebas répond

Lors d’une assemblée générale de l’ECA à Istanbul, Nasser al-Khelaïfi s’est permis un discours pour évoquer notamment les moyens pour les clubs européens de se reconstruire financièrement pour ceux qui ont besoin, et la nouvelle formule de la Ligue des champions. Au sujet du premier point, Nasser expliquait notamment : « Les nouvelles règles de viabilité financière sont une évolution positive. Les règles contrôlent les coûts. Ils encouragent l’investissement et les nouveaux investisseurs. Ils contribueront à assurer la pérennité du football. Mais nous devons être prudents ; des niveaux d’endettement dangereux et l’injection magique de capitaux n’est pas une voie durable. Nous devons penser à long terme, pas à court terme. » Des propos qui visaient sans aucun doute le FC Barcelone et son été mouvementé.

Javier Tebas, le président de la Liga (Icon Sport)
Javier Tebas, le président de la Liga (Icon Sport)

Mais ces propos n’ont pas forcément plu à Javier Tebas, le patron de la Liga. Ce dernier s’est empressé de répondre sur son compte Twitter. Et la réponse est assez salée. « Il n’y a pas de magie. Le FC Barcelone a vendu une partie de ses fonds pour couvrir ses pertes. Au lieu de cela, le PSG ‘ouvre le gaz’. Pour un football durable, la première chose à faire est de payer ce que l’on doit. Vrai ? » Il ne fait aucun doute que Nasser saura trouver une réponse en temps voulu.

Personne(s) lié(s) à cet article : Javier Tebas, Nasser al-Khelaïfi
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires