dans

A Rennes, des joueuses s’entraînent en maillot et culotte

Et il faisait sacrément froid !

Une joueuse de l'équipe de France. Icon Sport
Une joueuse de l'équipe de France. Icon Sport

Les joueuses de l'équipe du CPB Rennes se sont entraînées sans short, avec juste un maillot et une culotte, dimanche 7 mars. L'objectif : protester contre les pratiques jugées discriminatoires de la Fédération Française de Football (FFF). Lors de la Coupe de France, celle-ci ne fournit pas de short aux équipes féminines, alors que les hommes ont droit à l'équipement complet. Plus

Les joueuses du CPB Rennes font tomber le short ! Et pas pour une quelconque campagne de sponsoring. Non, il s’agissait plutôt d’un acte de contestation public. Avant son match de Coupe de France, l’équipe féminine bretonne a tenu à dénoncer une pratique de la Fédération Française de Football (FFF) de manière originale. En effet, l’instance ne fournit pas de short aux équipes féminines, alors que les effectifs masculins reçoivent un équipement complet pour la compétition.

Pas de chaussettes non plus

Dimanche 7 mars, les joueuses de Rennes se sont donc présentées sur leur pelouse d’entraînement avec leur seul maillot pour se couvrir. Soit le seul équipement que la FFF leur fournit pour leur match de Coupe de France à venir.

« Un simple maillot alors que les garçons ont toujours le maillot, le short et les chaussettes fournis« .

Les joueuses du CPB Rennes à Ouest France

Malgré le froid, les Bretonnes ont donc aussi laissé leurs chaussettes de foot et leurs protège-tibias au vestiaire. Le maillot, une culotte, des crampons, et puis c’est tout !

Un maillot trop grand

Même le maillot qui leur est fourni n’est pas à leur taille, puisqu’il est prévu pour les hommes ! Un reflet du manque d’intérêt flagrant de la FFF envers le foot féminin, malgré les postures. Pire : un mépris chargé d’inégalités, comme le dénonce l’une des joueuses :

« Les équipes masculines peuvent reprendre les matches dans trois divisions, nous qu’une seule, alors que notre division 2 est au niveau national, c’est vraiment dommage. Pareil pour la Coupe de France. Les instances disent OK pour les gars, non pour les filles. Quel que soit le contexte, les inégalités restent« 

Manon Eluère, une joueuse du CPF Bréquigny à Ouest France

En route vers le Ministère des Sports ?

Les joueuses semblent bien décidées à poursuivre leur mise en lumière des inégalités. Dans un post Instagram, liké plus de 1.000 fois, elles ont annoncé vouloir faire réagir les instances nationales comme la FFF et même le ministère des Sports.

Équipe(s) liée(s) à cet article : CPB Rennes
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires