dans

PSG : pourquoi le club s’est opposé à la Super League en coulisses et est resté fidèle à l’UEFA

Nasser Al-Khelaïfi a les mains sacrément liées…

Nasser Al-Khelaïfi, le président du PSG, est resté fidèle à l'UEFA face à la Super League. Icon Sport
Nasser Al-Khelaïfi, le président du PSG, est resté fidèle à l'UEFA face à la Super League. Icon Sport

Le Paris Saint-Germain est pour le moment l'un des grands absents de la Super League. Il faut dire que le club de Nasser Al-Khelaïfi avait un paquet de bonnes raisons pour rester dans les bonnes grâces de l'UEFA et de sa Ligue des champions... Plus

Pour beaucoup, cela a été une immense surprise. Le Paris Saint-Germain ne fait pas partie des clubs fondateurs de la Super League. Le club français aurait été exclu de ce cercle privé à cause du manque d’enthousiasme de Nasser Al-Khelaïfi à rejoindre le mouvement. En effet, le président du PSG aurait toujours gardé une préférence pour le projet de réforme de la Ligue des champions par l’UEFA, selon L’Equipe. Pourquoi une telle prise de position (dans la plus grande discrétion) ?

Le PSG a les mains liées à l’UEFA

Pour Jean-Baptiste Guégan, enseignant en géopolitique du sport interrogé par Ouest France, le PSG ne pouvait que rester fidèle à l’UEFA et à sa Ligue des champions. En effet, depuis l’arrivée de Qatar Sports Investments (QSI) aux commandes, le club de la capitale a toujours mené une stratégie de rapprochement avec les institutions françaises et européennes. L’objectif : améliorer son image et peser sur les décisions. Or, cette stratégie a très bien porté ses fruits. A tel point que Nasser al-Khelaïfi est devenu trop proche de ces institutions pour leur tourner le dos du jour au lendemain.

Nasser Al-Khelaïfi (au centre) est devenu un proche d'Aleksandr Ceferin, le président de l'UEFA (à droite), mais aussi de l'ancien président de la République française Nicolas Sarkozy (à gauche). Icon Sport
Nasser Al-Khelaïfi (au centre) est devenu un proche d’Aleksandr Ceferin, le président de l’UEFA (à droite), mais aussi de l’ancien président de la République française Nicolas Sarkozy (à gauche). Icon Sport

« Au PSG, ils ont avancé leurs pions pendant dix ans et ont gagné la confiance des instances. Nasser Al-Khelaïfi en est devenu très proche. L’UEFA, la Ligue de Football Professionnel (LFP) et la Fédération Française de Football (FFF)… Ils ne peuvent pas tout ruiner en cinq minutes. »

Jean-Baptiste Guégan, enseignant en géopolitique du sport, à Ouest France

D’ailleurs, Nasser al-Khelaïfi a refusé de prendre la succession d’Andrea Agnelli à la tête de l’Association Européenne des Clubs (ECA). Le patron de la Juventus a démissionné de ses fonctions à l’ECA pour devenir l’un des leaders de la Super League. Mais il a trop écorné l’image de son poste pour que le président du PSG veuille y être associé.

Droits télé et Coupe du monde au Qatar tiennent le PSG en laisse

Deuxième « conflit d’intérêts » avec la Super League pour le PSG : la question des droits télé de la Ligue des champions. En effet, la compétition sera diffusée dès la saison prochaine, et jusqu’en 2024, par… beIN Sports, qui appartient à QSI. Nasser Al-Khelaïfi est d’ailleurs le PDG des chaînes de télévision du groupe de médias.

Nasser Al-Khelaïfi est le PDG des chaînes du groupe de médias beIN. Icon Sport
Nasser Al-Khelaïfi est le PDG des chaînes du groupe de médias beIN. Icon Sport

Enfin, si le PSG s’était mis l’UEFA à dos, le club se serait fait un sacré ennemi : la FIFA. En effet, l’UEFA n’est qu’une association affiliée à la toute puissante instance qui règne sur le football mondial. Or, à un an de la Coupe du monde 2022 au Qatar, QSI ne peut tout simplement pas se permettre de planter un couteau dans le dos à une FIFA qui a tellement soutenu le pays du Golfe, contre vents et marées, dans l’organisation de la compétition.

Équipe(s) liée(s) à cet article : Paris Saint-Germain (PSG)
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires