dans

Euro 2020, Espagne : la force de la Roja, c’est sa faiblesse

Comment constituer une armée de guerre avec des simples soldats

L'Espagne a levé un paquet de doutes avant le début de l'Euro, et se retrouve aujourd'hui en quarts de finale de la compétition face à la Suisse. Icon Sport
L'Espagne a levé un paquet de doutes avant le début de l'Euro, et se retrouve aujourd'hui en quarts de finale de la compétition face à la Suisse. Icon Sport

Avant le début de l'Euro 2020, l'Espagne se préparait au fiasco à venir de sa sélection. Cette Roja sans grands noms et avec des remplaçants en club ne faisait pas peur. Mais la sélection de Luis Enrique a magnifiquement déjoué les pronostics, au point de se retrouver aux portes des demi-finales de l'Euro avant son quart contre la Suisse, ce vendredi 2 juillet à 18h. Et c'est peut-être grâce à sa faiblesse que cette Roja a su tracer sa route sur un parcours semé d'embûches... Plus

De l’autre côté des Pyrénées, une certaine indifférence régnait au sujet de l’équipe d’Espagne avant son entrée en lice à l’Euro 2020. Il faut dire que cette Roja souffrait terriblement de la comparaison avec la génération qui a tant fait rêver le pays (Iniesta, Xavi, Casillas, Ramos, Piqué) lors des sacres à l’Euro 2008 et 2012. Aujourd’hui, le onze de l’Espagne est majoritairement composé de remplaçants en club (Eric Garcia, Laporte, Sarabia, Ferran Torres), de noms qui ne font pas peur à grand-monde (Unai Simon) et de cibles du public et des médias (Morata).

Aymeric Laporte, Eric Garcia, Ferran Torres sont tous remplaçants en club mais titulaires avec l'équipe d'Espagne. Icon Sport
Aymeric Laporte, Eric Garcia, Ferran Torres sont tous remplaçants en club mais titulaires avec l’équipe d’Espagne. Icon Sport

Un fiasco annoncé qui se confirme au début de l’Euro

Les Espagnols ne donnaient déjà pas cher des chances de la Roja à l’Euro. C’était avant même que le Covid rende cette sélection brinquebalante encore plus vulnérable. Après la détection d’un premier cas positif au sein du groupe lors de la préparation, les joueurs ont dû s’entraîner en petits groupes et sans contact. La Roja a ensuite perdu l’un de ses cadres avec le test positif de Sergio Busquets. La Fédération avait même du convoquer un groupe parallèle de six joueurs, tant l’incertitude régnait sur la suite des événements.

Sergio Busquets a manqué la préparation de l'Espagne et les deux premiers matchs de l'Euro après son test positif. Icon SPort
Sergio Busquets a manqué la préparation de l’Espagne et les deux premiers matchs de l’Euro après son test positif. Icon SPort

Pour ne rien ajouter, l’hostilité était farouche envers le sélectionneur Luis Enrique. L’ancien entraîneur du Barça était taxé d’arrogance et vilipendé pour n’avoir convoqué aucun joueur du Real Madrid dans le groupe, dont un leader comme Sergio Ramos. Et les premiers pas de la Roja à l’Euro n’ont pas rassuré grand-monde. L’Espagne a ainsi démarré sa compétition par deux matchs nuls contre la Suède (0-0) et la Pologne (1-1). Au-delà du résultat, les difficultés offensives à concrétiser la stérile domination de la Roja inquiétaient Luis Enrique lui-même, qui reconnaissait que le problème ne datait pas d’hier. Álvaro Morata, cible de toutes les critiques – même les plus haineuses – vivait lui un enfer.

Alvaro Morata, cible de toutes les critiques avant et pendant l'Euro. Icon SPort
Alvaro Morata, cible de toutes les critiques avant et pendant l’Euro. Icon SPort

Dans la difficulté, l’Espagne se révèle

Dos au mur, l’Espagne aurait pu sombrer face à une enthousiasmante Slovaquie, lors de son dernier match de groupe. Et c’est finalement dans la difficulté que cette Roja s’est révélée. L’Espagne ne s’est pas contentée d’une courte victoire face aux partenaires de Marek Hamšík, elle leur a tout simplement collé une manita (5-0). Cinq jours plus tard, la Roja passait à nouveau cinq buts à la Croatie (dont deux après prolongation) en huitième de finale.

Au-delà du festival offensif, c’est la résistance mentale des Espagnols qui a impressionné. Dans un scénario étonnamment semblable à celui de la France contre la Suisse (3-3, 4-5 t.a.b), la Roja menait 3-1 à cinq minutes de la fin, avant de se faire rejoindre sur le fil. Mais en prolongation, les partenaires d’un Morata buteur ont trouvé les ressources pour remettre la marche avant et s’imposer.

L'Espagne est portée par une énergie qui lui permet de surmonter tous les coups durs. Icon SPort
L’Espagne est portée par une énergie qui lui permet de surmonter tous les coups durs. Icon Sport

L’aspect mental, c’est probablement la plus grande force de cette Roja que personne n’attendait. La force de cette Roja qui a su se relever de tous les coups durs et surmonter tous les obstacles. Cette résilience qui fait son succès, l’Espagne la doit en grande partie à son sélectionneur Luis Enrique. C’est lui qui a su remettre en confiance des hommes qui en avaient bien besoin. Des hommes dont l’ego était meurtri après une saison cabossée en club, à l’image de Pablo Sarabia. Fantomatique au PSG, l’ailier droit est transcendé avec la sélection (deux buts lors des deux derniers matchs). Et que dire d’Aymeric Laporte, prêt à tout donner pour le seul sélectionneur qui a cru en lui malgré son statut de remplaçant.

La furia espagnole a trouvé ses soldats les plus valeureux

La force de l’Espagne, c’est peut-être finalement sa faiblesse. La Roja n’a pas une équipe de terreurs, mais elle s’appuie sur des hommes revanchards, désireux de montrer leur valeur après une saison galère. Des hommes qui sont tout d’abord beaucoup plus frais physiquement que des stars épuisées par une saison à près de 50 matchs en club. Des hommes qui sont surtout blindés psychologiquement, mieux armés que quiconque pour affronter les coups durs. Un état d’esprit qui fait écho aux propos de Presnel Kimpembe avant le début de l’Euro. « J’aurais aimé qu’on soit confrontés à plus de problèmes » , avait déclaré le défenseur des Bleus. La suite lui a donné raison, ainsi qu’à Luis Enrique.

Souvent transparent au PSG, Pablo Sarabia est métamorphosé avec la sélection espagnole. Il reste sur deux buts lors de ses deux derniers matchs. Icon Sport
Souvent transparent au PSG, Pablo Sarabia est métamorphosé avec la sélection espagnole. Il reste sur deux buts lors de ses deux derniers matchs. Icon Sport

L’intelligence du sélectionneur espagnol a aussi été de faire d’un psychologue un membre à part entière du staff. Sans cet « apaiseur des cœurs » , un Álvaro Morata n’aurait peut-être pas surmonté les épreuves qu’il a traversées. « Je tiens à remercier Joaquín Valdés (le psychologue). C’est tellement apaisant de trouver une personne à votre écoute, qui vous comprend. Il y a quelques années, j’aurais définitivement craqué, c’est sûr  » , confiait l’attaquant à la Cadena Cope. Cette force mentale, l’Espagne s’en servira à nouveau comme une arme contre une Suisse, qui, elle, est toujours sur un petit nuage après son exploit monumental contre les Bleus…

Alvaro Morata bénéficie de la confiance aveugle de son sélectionneur Luis Enrique et du soutien d'un psychologue pour l'aider à traverser les épreuves. Icon SPort
Alvaro Morata bénéficie de la confiance aveugle de son sélectionneur Luis Enrique et du soutien d’un psychologue pour l’aider à traverser les épreuves. Icon SPort
Équipe(s) liée(s) à cet article : Espagne
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires