dans

Arsenal : Gabriel Jesus, l’heure de la confirmation

C’est maintenant ou jamais pour le néo-Cannonier qui a des choses à (se) prouver..

Gabriel Jesus, l'heure de la confirmation à Arsenal - Icon Sport
Gabriel Jesus, l'heure de la confirmation à Arsenal - Icon Sport

Auteur d'une préparation estivale prolifique, Gabriel Jesus sera très attendu cette saison. Le Brésilien va devoir répondre présent à un moment charnière de sa carrière. Plus

Manchester City a Erling Haaland. Liverpool a Darwin Nunez, Tottenham Harry Kane, Manchester United, Cristiano Ronaldo… Les clubs anglais qui ont terminé aux premières places du championnat la saison dernière ont généralement un numéro 9, ou un buteur qui peut leur assurer au moins 12 buts par saison. Chelsea est peut-être l’exception. Timo Werner ne donne pas satisfaction et Romelu Lukaku est parti, lui qui n’était d’ailleurs pas l’attaquant titulaire. Cependant, Raheem Sterling, désormais joueur des Blues, avait marqué 13 buts la saison passée. Même West Ham (7ème) et Leicester (8ème) ont des buteurs maisons, qui sont respectivement Michail Antonio (10 buts) et Jamie Vardy (15).

« Je veux me faire un nom dans l’histoire de ce club »

De son côté, Arsenal, qui a terminé cinquième, n’avait pas à se plaindre. Certes, Pierre Emerick-Aubameyang a quitté le club avec pertes et fracas au mois de janvier, pour rejoindre le FC Barcelone. Sa première partie de saison n’était toutefois pas assez bonne pour qu’il soit regretté.

Par la suite, Alexandre Lacazette n’a pas pu véritablement le remplacer. Mikel Arteta ne lui faisait pas totalement confiance. Le coach espagnol avait même décider de laisser sa chance à Eddie Nketiah, le jeune attaquant de 20 ans. Résultat, Bukayo Saka a été le meilleur buteur des Gunners avec 11 buts. Une bonne nouvelle pour lui, mais sans doute moins pour Arteta.

Afin de régler ce problème, Arsenal a fait confiance à Gabriel Jesus. L’attaquant brésilien a quitté Manchester City pour Arsenal. Lors de son arrivée, Arteta s’enthousiasmait : « Je suis très excité. Le club a fait un travail formidable pour recruter un joueur de cette stature. » Une stature que Gabriel Jesus va devoir assumer. Et prouver qu’il a sa place parmi les noms cités plus haut.

Du côté du joueur, après son premier match, il avait parlé de son optimisme en évoquant Thierry Henry, son illustre prédécesseur. « Quand vous dites Arsenal, vous pensez à Thierry Henry. Mais je ne veux pas être le nouveau Thierry Henry. Je veux me faire un nom dans l’histoire de ce club. Parce que Thierry Henry est unique. » Confirmer et écrire l’histoire : telles sont les ambitions de Jesus.

Une ascension éclair, des rues de Rio…

A priori, l’international brésilien a bien sa place parmi les attaquants nommés plus haut. S’il n’a pas la carrière de Cristiano Ronaldo ou n’a pas marqué autant de buts qu’Harry Kane, Gabriel Jesus a plus d’expérience qu’un Haaland et un Nunez. Son air juvénile ferait presque oublier que Jesus est âgé de 25 ans. Il faut dire que tout est allé assez vite pour l’enfant de Sao Paulo.

En 2014, lors du Mondial disputé dans son pays et cette débâcle bien connue contre l’Allemagne, Gabriel Fernando de Jesus peignait les trottoirs et les murs de Rio de Janeiro. En 2015, il passait professionnel chez Palmeiras. Quelques mois plus tard, en 2016, une première sélection avec le Brésil. Une titularisation le 1er septembre face à l’Equateur, aux côtés de Neymar et Paulinho. Et pour couronner le tout, le titre de joueur brésilien de l’année. Janvier 2017, le grand saut est opéré avec un transfert à Manchester City. En quatre années, Jesus est passé de la peinture de rue à attaquant de la Seleçao lors du Mondial 2018.

… au toit de l’Emirates Stadium

Aujourd’hui âgé de 25 ans, Gabriel Jesus est un joueur bien installé. En cinq ans, il s’est acclimaté au football anglais. Gabriel Jesus connaît la Premier League (159 matchs disputés, 58 buts marqués) et l’a remporté à quatre reprises (2018, 2019, 2021 et 2022). Il a joué la Champions League et possède même une belle efficacité (20 buts en 37 matchs). Il est un international confirmé avec 56 capes, 19 buts inscrits, une Copa America gagnée en 2019 et une médaille olympique en 2016.

Un CV qui ferait rêver beaucoup de footballeurs. Pourtant, les choses semblent s’être ralenties pour le numéro 9 de City. Récemment, Pep Guardiola privilégiait un système avec un faux numéro 9. Raheem Sterling ou Phil Foden lui sont souvent préférés. Le Brésilien doit se contenter d’entrer en jeu, où il se montre par ailleurs décisif. Un statut d’intermittent qui ne pouvait pas durer. Jesus a donc troqué le bleu de Manchester pour le rouge d’Arsenal. Il a laissé son numéro à celui d’Erling Haaland avant de récupérer le 9 de Lacazette. Un numéro symbolique dans un club qui a vu passer de grands attaquants.

Une préparation en boulet de canon

À Arsenal, Gabriel Jesus aura les clés de l’attaque. Mikel Arteta n’a pas fait de secret à ce propos dans certaines déclarations. Il l’a prouvé en le titularisant lors des matchs de préparation. Des rencontres lors desquels le néo-Gunner a fait parler la poudre. C’est bien simple : lors des cinq matchs de préparations qui ont eu lieu, le numéro 9 d’Arsenal a marqué dans quatre d’entre eux. Seul Orlando City a échappé à ses coups de butoir. Une rencontre où il n’était pas titulaire, au profit de Nketiah.

Un doublé contre Nuremberg (où il était là aussi remplaçant), un but contre Everton et un contre Chelsea lors d’une victoire 4-0. Des débuts de rêve ponctués par un triplé lors du dernier match contre le FC Séville, et une victoire 6-0. Sept buts inscrits dans la surface. Gabriel Jesus s’est montré opportuniste, précis et efficace à chaque fois.

Gabriel Jesus et Eddie Nketiah, les deux attaquants sur qui Arteta devraient compter - Icon Sport
Gabriel Jesus et Eddie Nketiah, les deux attaquants sur qui Arteta devraient compter – Icon Sport

Forcément, l’enthousiasme est à son comble du côté d’Arsenal. Les supporters sont heureux de pouvoir compter sur un buteur après les déceptions du duo Aubameyang – Lacazette. Il est bon de rappeler qu’il s’agit là de matchs de préparation, et que la véritable compétition n’a pas encore débuté. Mais il y a évidemment des bonnes choses à en tirer.

Gabriel Jesus, un attaquant « Arteta-compatible »

Le point positif de ces matchs a été la preuve que Gabriel Jesus sait se fondre dans le moule des Gunners. Seul en pointe dans un 4-2-3-1 ou avec un autre attaquant dans un 3-4-3, Gabriel Jesus s’est montré efficace est disponible. Il s’est bien entendu avec l’un des trois Gabriel de l’équipe, Martinelli, et avec ses milieux offensifs, que ce soit Smith-Rowe ou Odegaard. Mikel Arteta sait qu’il pourra utiliser son joueur à bon escient, dans un jeu basé sur la possession, les sorties de balles propres et la prise de la profondeur.

Tout semble fait pour que le Paulista puisse s’épanouir chez les Gunners. Gabriel Jesus devra montrer qu’il a les épaules pour être le numéro 9 phare d’Arsenal. Et a fortiori, l’un des meilleurs buteurs de la Premier League. Désormais, le club en rouge du Nord de Londres n’attendra qu’une chose : que Gabriel Jesus réponde à l’appel et aide le club à remplir sa vitrine à trophées.

Équipe(s) liée(s) à cet article : Arsenal Football Club (Arsenal)
Personne(s) lié(s) à cet article : Gabriel Jesus
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires