dans

Mercato : les gros coups (ou pas) réalisés par l’OGC Nice

Les Aiglons ont vu passer de grands noms.

Jean-Pierre Rivère, président de l'OGC Nice, a réalisé de jolis coups ces dernières années - Icon Sport
Jean-Pierre Rivère, président de l'OGC Nice, a réalisé de jolis coups ces dernières années - Icon Sport

Cet été, l'OGC Nice a réalisé deux jolis coups sur le mercato. Aaron Ramsey et Kasper Schmeichel ont rejoints le club azuréen. Deux grands noms qui ne sont pas les premiers. Plus

Nice et la tentation des grands noms

L’OGC Nice ouvre aujourd’hui sa saison 2022-2023 de Ligue 1 à domicile. Après le match nul à l’extérieur face au TFC lors de la 1ère journée, les hommes de Lucien Favre reçoivent Strasbourg pour leur première à l’Allianz Riviera. Un duel entre le cinquième et le sixième du classement de la saison dernière. Pour ce match, les supporters niçois vont accueillir pour la première fois Aaron Ramsey et Kasper Schmeichel.

Les deux recrues phares de Nice étaient sur le banc lors de la première journée, mais Schmeichel devrait rapidement être titulaire aux dépens de Marcin Bulka. Quant à Aaron Ramsey, il est entré en jeu et a marqué le but de l’égalisation pour les siens. Nul doute que ces deux arrivées ont ravi le club, des dirigeants aux supporters. Cela permet de renouer avec une tradition récente pour les Aiglons : attirer de grands noms.

Aaron Ramsey et Jean-Pierre Rivère, president de l'OGC Nice, lors de la présentation du Gallois - Icon Sport
Aaron Ramsey et Jean-Pierre Rivère, president de l’OGC Nice, lors de la présentation du Gallois – Icon Sport

Hatem Ben Arfa a ouvert la voie

Depuis son accession en Ligue 1 dans les années 2000, Nice a connu des joueurs qui ont fait vibrer la ville. Hugo Lloris, Baky Koné, Dario Cvitanich et tant d’autres ont tous fait le bonheur du club. Cependant, ces joueurs n’étaient pas spécialement connus avant leur arrivée. Celle de Jean-Pierre Rivère à la présidence en 2011 a changé la donne. L’un des premiers gros joueurs que le président niçois a fait venir est Hatem Ben Arfa.

En 2015, « HBA » se retrouvait sans contrat après son expérience anglaise à Newcastle et Hull City. Le président Rivère décidait de miser sur l’ancien joueur de l’OL et l’OM. Un contrat d’une saison qui a tout d’un pari pour un joueur qui avait besoin de se relancer. Ben Arfa le lui a bien rendu en réalisant une très bonne saison.

34 matchs de Ligue 1 pour 17 buts et six passes décisives. Surtout, le talentueux gaucher a semblé retrouver sa magie avec le maillot rouge et noir. L’une de ses saisons les plus prolifiques, et sans doute l’une de ses meilleures jusqu’à aujourd’hui.

Malgré cette expérience gagnant-gagnant, Hatem Ben Arfa décidait de signer au PSG à la fin de la saison. Une expérience qui s’est mal déroulée pour le natif de Clamart. Les suivantes à Rennes, Bordeaux et Lille n’ont pas été meilleures. Quoi qu’il en soit, ce pari a montré que Nice pouvait se permettre ce genre de paris sur le mercato.

Dante et Balotelli, fortunes diverses

En 2016, ce sont deux joueurs étrangers qui ont fait parler d’eux du côté de la Côte d’Azur. Le premier arrivé n’était pas forcément connu de tous. Quelques jours avant la fin du mercato estival, Dante quittait une Bundesliga qu’il connaissait depuis quatre ans. Le défenseur brésilien partait de Wolfsburg pour Nice. Si l’on pouvait douter de son adaptation et son apport, Dante a rapidement montré de quoi il était capable.

Le défenseur central est toujours là aujourd’hui. Il a été capitaine et a disputé bientôt 200 matchs avec Nice. Dante s’est véritablement fait un nom dans un club dont il est l’un des symboles aujourd’hui. L’histoire aurait pu être la même pour Mario Balotelli. L’ancien joueur des deux Milan, de Manchester City et Liverpool est arrivé gratuitement le 31 août 2016. Un attaquant de renom, connu autant pour son talent que ses frasques.

Dante et Mario Balotelli, deux recrues de l'OGC Nice en 2016 - Icon Sport
Dante et Mario Balotelli, deux recrues du mercato de l’OGC Nice en 2016 – Icon Sport

L’avant-centre a régalé les supporters pendant deux saisons et demi. C’est même à Nice que l’international italien a le plus marqué dans sa carrière en club : 43 buts en 76 matchs. Les derniers mois se sont malheureusement moins bien passés. L’entente avec Patrick Vieira n’était pas au beau fixe, et « Super Mario » a finalement décidé de rejoindre l’Olympique de Marseille. Six mois sur la Canebière, un célèbre selfie, et Balotelli quittait la France pour Brescia.

Le flop Wesley Sneijder

En 2017, l’OGC Nice de Jean-Pierre Rivère récidive et tente le coup Wesley Sneijder. Le milieu offensif sort d’une expérience à Galatasaray où il n’est plus désiré. Un nouveau transfert libre pour un nouveau grand nom du football européen. Cependant, l’international néerlandais n’est plus celui qui avait brillé à l’Inter Milan quelques années plus tôt. Six mois et huit matchs en Ligue 1, et le natif d’Utrecht quittait la Promenade des Anglais pour Al-Gharafa. C’est là-bas qu’il terminera d’ailleurs sa carrière.

Wesley Sneijder n'a pas fait long feu à Nice - Icon Sport
Wesley Sneijder n’a pas fait long feu à Nice – Icon Sport

Kasper Dolberg, toujours numéro 1

Kasper Dolberg n’est pas forcément plus connu que les joueurs cités précedemment. Cependant, il est encore aujourd’hui le transfert record de l’OGC Nice. L’avant-centre danois a couté 20 millions d’euros au club du Gym. Le club propriété d’Ineos se montre d’ailleurs plus dépensier depuis deux ou trois saisons. Andy Delort et Calvin Stengs l’année dernière, Alexis Beka-Beka et Mattia Viti il y a quelques jours sont dans le top 7 des transferts les plus chers des Aiglons.

Les propriétaires se donnent les moyens de leurs ambitions et sont sans doute moins enclins à tenter des paris. Aaron Ramsey est toutefois la preuve que la politique des grands noms à 0€ est toujours une philosophie du club.

Équipe(s) liée(s) à cet article : OGC Nice
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires