dans

Ligue des champions : 17 ans après, la (belle) histoire se répète pour le FC Porto

Béni soit le 9 mars pour le FC Porto !

Le FC Porto de Deco en 2004 et le FC Porto de Sérgio Oliveira en 2021 ont renversé un géant européen en 8e de finale retour de la Ligue des champions à 17 ans d'intervalle, jour pour jour. Photos Icon Sport
Le FC Porto de Deco en 2004 et le FC Porto de Sérgio Oliveira en 2021 ont renversé un géant européen en 8e de finale retour de la Ligue des champions à 17 ans d'intervalle, jour pour jour. Photos Icon Sport

Mardi 9 mars, le FC Porto a vécu l'un des plus beaux moments de son histoire récente en éliminant la Juventus en huitièmes de finale de la Ligue des champions (2-1, 2-3 a.p). Les superstitieux y voient un clin d'œil du destin, puisque il y a 17 ans jour pour jour, les Dragões produisaient une performance similaire face à Manchester United, déjà en huitième de finale retour, et plus ou moins dans les mêmes circonstances... Plus

L’histoire ne serait-elle qu’une boucle ? Les superstitieux ont-ils raison de penser que le destin peut être malicieux ? Les supporters du FC Porto, en tout cas, vont finir par y croire. Mardi 9 mars, leur club a vécu un moment très spécial, que les plus anciens auront le sentiment d’avoir déjà vécu…

Pepe
Pepe, le roi de la défense du FC Porto. Icon Sport

En éliminant la Juventus de la Ligue des champions en 8e de finale retour après prolongation (2-3 a.p, 2-1 à l’aller), les Dragões se sont rappelés au bon souvenir de leur épopée victorieuse dans la compétition en 2004. Et notamment d’un certain huitième de finale retour contre Manchester United. Déjà un 9 mars, il y a 17 ans jour pour jour…

Des Dragons au bord du gouffre

Ce jour-là, le FC Porto de José Mourinho se déplace sur la pelouse du grand Manchester United. Après sa victoire 2-1 à l’aller, le club portugais dispose d’un court avantage. Exactement la même configuration que mardi 9 mars face à la Juventus, tiens donc. Avec, dans les deux cas, un grand d’Europe à achever.

Et lors des deux matchs retour, les choses ne se passent pas comme prévu. Contre les Red Devils, en 2004, les Portugais se font surprendre par Paul Scholes à la 32e minute. Grâce à la règle du but à l’extérieur, les Mancuniens sont virtuellement qualifiés. Les coéquipiers de Deco n’ont pas le choix : ils doivent marquer, ou c’en est terminé de leur aventure. Mais les Red Devils résistent, résistent… jusqu’à la 90e minute.

Dimitri Alenichev et Edmilson
Le joueur de Porto Dimitri Alenichev, ici en quarts de finale de la Ligue des champions 2004 face à Lyon. Icon Sport.

Quant aux Dragões de 2021, leur survie n’a aussi tenu qu’à un fil. En infériorité numérique depuis la 54e minute, les Portugais font face à la furia de la Juventus, qui a annulé l’avantage de l’aller en menant 2-1. Les Bianconeri poussent, et sont à deux doigts de faire basculer ce 8e de finale de leur côté. Avec notamment une barre transversale à la… 90e minute.

Cristiano Ronaldo
Cristiano Ronaldo frustré par la résistance de Porto, qui n’a pas plié en huitième de finale retour de la Ligue des champions. Icon Sport

Le coup franc de la délivrance, spécialité du FC Porto

Le salut du FC Porto viendra à chaque fois d’un geste bien particulier : le coup franc direct. Mardi 9 mars, c’est ainsi que Sérgio Oliveira a délivré ses Dragons à la 115e minute, bien aidé par le manque d’aptitude de Cristiano Ronaldo dans l’exercice du mur.

Il y a 17 ans, c’est aussi de cette manière que le Sud-Africain Benni McCarthy a libéré les siens, à l’aube du temps additionnel. Sa tentative, propre et cadrée, a été suffisamment précise pour pousser Tim Howard, le gardien de Manchester United, à la faute. Costinha n’avait alors plus qu’à pousser le ballon repoussé dans les filets, et faire rugir tout un peuple.

Dans les deux cas, l’histoire s’est bien terminée pour Porto. Si les partenaires de Ricardo Carvalho n’avaient plus qu’à tenir quelques minutes jusqu’à la fin du temps additionnel face aux soldats de Sir Alex Ferguson, les Dragons de 2021 se sont fait des sueurs froides. Avec deux buts adverses à éviter à cinq minutes de la fin de la prolongation (plus le temps additionnel), les coéquipiers de Pepe sont passés à deux doigts de la catastrophe en concédant un but dans la foulée (à la 117e minute). Mais les joueurs de Sergio Conceição ont tenu bon. Comme ceux de José Mourinho il y a 17 ans tout pile. Au fond, comment pouvait-il en être autrement ?

sé Mourinho
José Mourinho avait prévu tout ce qui allait se produire 17 ans plus tard… Icon Sport
Équipe(s) liée(s) à cet article : FC Porto
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires